/world/usa
Navigation

La traque aux émeutiers s’accélère

Les autorités veulent retrouver rapidement les manifestants du Capitole pour éviter le pire à travers le pays

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Insurrection organisée ou émeute spontanée, les enquêteurs qui doivent faire la lumière sur l’assaut du Capitole sont dans un sprint d’arrestations depuis une dizaine de jours afin d’éviter que l’investiture de Joe Biden ne tourne aussi au vinaigre.

« À ceux d’entre vous qui ont pris part à la violence, voici quelque chose que vous devez savoir : chaque bureau du FBI dans le pays vous recherche. Même vos amis et votre famille nous préviennent », a lancé le directeur adjoint du bureau de la police fédérale à Washington, Steven D’Antuono.

Selon lui, 40 personnes ont déjà été arrêtées et plus de 100 ont été placées en détention à travers les États-Unis par des équipes du FBI qui travaillent jour et nuit.

Il ajoute aussi que près de 270 suspects seraient déjà identifiés.

Les enquêteurs fédéraux recherchent des milliers de pistes dans un double effort pour poursuivre les gens impliqués dans l’attaque de la semaine dernière contre le Capitole et pour tenter de prévenir de nouvelles attaques dans tout le pays et à Washington, lors de l’investiture de Joe Biden mercredi, d’après le réseau CNN.

Coordination

Ce qui inquiète aussi les autorités, c’est que l’enquête révélerait des « signes de coordination », notamment des communications entre les gens qui étaient à l’intérieur du bâtiment et ceux qui étaient à l’extérieur, a expliqué le procureur des États-Unis du district de Columbia, Michael Scherwin, lors d’une conférence de presse vendredi.

Découvrir s’il y avait une « structure de commandement globale » et des équipes organisées est la « priorité numéro un » des enquêteurs, a-t-il ajouté.

Des vidéos, photos et communications analysées depuis les violences menées le 6 janvier par des partisans de Donald Trump suggèrent un niveau inquiétant de préparation.

Dans un dossier déposé par le ministère de la Justice devant un tribunal qui demande le maintien en détention de Jacob Chansley, ce conspirationnniste photographié en tenue de chaman, les procureurs ont laissé entendre que les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus du gouvernement des États-Unis ».

Toutefois, les procureurs ont reculé durant la journée de vendredi et ont demandé le retrait de cette phrase dans le document, ne voulant pas débattre de la qualité de leurs preuves avant un éventuel procès. 

Plusieurs élus ont remarqué que les manifestants pro-Trump qui ont vandalisé le bureau de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, semblaient familiers avec le bâtiment, qui tient pourtant du labyrinthe.

« Ils savaient où aller », a déclaré à la chaîne CBS le représentant démocrate James Clyburn.

– Avec Clara Loiseau, Le Journal de Montréal

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.