/investigations/truth
Navigation

À quand la deuxième dose?

COVID Que 20210114
Photo La Presse Canadienne

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : notre Bureau d’enquête, basé à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialise dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, nos journalistes et recherchistes vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L’ÉNONCÉ 

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a confirmé jeudi que la deuxième dose du vaccin contre la COVID-19 pourrait être administrée de 42 à 90 jours après la première afin de vacciner le plus grand nombre de personnes vulnérables. Cette décision va au-delà de la recommandation du fédéral.  

LES FAITS

Ottawa et Québec ne semblent pas s’entendre sur le délai maximal entre les deux doses. À Ottawa, on recommande de ne pas dépasser les 42 jours, alors que les experts québécois recommandent un délai pouvant aller jusqu’à 90 jours.  

On ne sait pas pour le moment s’il est convenable d’attendre jusqu’à 90 jours. « Actuellement, aucune donnée n’est disponible sur l’intervalle maximal entre les doses ou sur l’utilité à moyen ou long terme des vaccins contre la COVID-19 », écrit le Comité consultatif national de l’immunisation, qui conseille Ottawa sur la vaccination. 

Pfizer recommande d’administrer la deuxième dose de son vaccin 21 jours après la première, et Moderna après 28 jours. La recommandation fédérale de retarder la seconde dose à 42 jours se base sur les données actuellement disponibles. On ne sait pas combien de temps dure l’efficacité de la première dose, rappelle le Comité, puisque la deuxième injection a été administrée à la plupart des participants aux essais cliniques. 

Le Royaume-Uni a également décidé de prolonger le délai de la deuxième dose à 12 semaines. 

– Sarah Daoust-Braun 

Le chiffre de la semaine : 21 000  

Il s’agit du nombre de membres de la Garde nationale américaine chargés d’assurer la sécurité en vue de l’investiture de Joe Biden comme 46e président des États-Unis. Les membres armés seront déployés près du Capitole, à Washington, pour la cérémonie qui aura lieu mercredi. À titre de comparaison, selon le Military Times, le nombre de soldats présents sera quatre fois plus élevé que ceux actuellement en poste en Irak et en Afghanistan, soit 2500 dans chaque pays. 

– Philippe Langlois