/weekend
Navigation

Ces 20 chansons vous aideront à traverser le second confinement

Coup d'oeil sur cet article

La musique a été un baume sur nos plaies collectives lors du premier confinement au printemps dernier. Elle est encore plus nécessaire maintenant qu’à l’imposition d’un nouveau confinement vient de s’ajouter un couvre-feu. Pour passer à travers tout ça, il faudra des chansons qui font du bien. Qui changent le mal de place. Qui réchauffent le cœur. Jamais à court de suggestions, nos journalistes vous soumettent cette sélection de vingt titres réconfortants.

Bruno Lapointe  

Faut pas que j’panique, Marie Carmen

Photo d'archives

Certes, le couvre-feu empêcherait aujourd’hui Marie Carmen de prendre «le train de huit et quart», mais le titre, lui, demeure on ne peut plus pertinent. Dans la dernière année, Faut pas que j’panique est devenue un véritable mantra pour les Québécois... à répéter – et écouter – au besoin.

Strong Enough, Cher

Photo d'archives

Oui, on est tous assez forts – ou Strong Enough, dans les mots de Cher – pour passer à travers cette pandémie. Qui de mieux que la diva pour nous le rappeler, encore et encore? Personne.

Born Naked, RuPaul

Photo d'archives

Je peux toujours compter sur Mama Ru et son Born Naked pour me mettre un peu de soleil – et beaucoup de glam – dans mes jours gris. Pour ceci, et pour bien d’autres raisons, Shantay you stay, RuPaul. Shantay you stay.

Mamma Mia, ABBA

Photo d'archives

Impossible de rester morose avec une chanson d’ABBA qui résonne dans nos oreilles. La preuve? Mamma Mia. Cette chanson, c’est trois minutes et demie de pur bonheur. Rien de plus, mais rien de moins non plus.

Total Eclipse of the Heart, Bonnie Tyler

Photo d'archives

Les paroles ont beau évoquer une certaine mélancolie, mais la musique et la voix rauque et singulière de la chanteuse galloise ne peuvent que nous emporter instantanément loin d’un monde où la pandémie fait rage. Et ça, ça fait toujours un bien immense, ne serait-ce que pour quelques minutes.

Cédric Bélanger  

Again, Men I Trust (avec Ghostly Kisses)

Photo d'archives

Peu de choses ont un effet aussi apaisant sur mon âme que la voix de Margaux Sauvé, invitée de marque de ce titre de la formation québécoise Men I Trust. D’une exquise délicatesse, cette ballade électro-pop dont je ne me lasse pas est un trésor caché de l’album Headroom.

Circumambient, Grimes

Photo d'archives

Personne n’a dit que réconfortant devait obligatoirement rimer avec relaxant. Merci donc à Grimes de me fournir ma dose d’adrénaline électro, bienvenue en tout temps, surtout ces jours-ci. En plus, afin de rester dans le thème du reportage, j’apprends que Grimes a été déclarée positive à la COVID en écrivant ces lignes.

Cardigan, Taylor Swift

Photo d'archives

Rendons à Taylor ce qui appartient à Taylor : rien ne transpire plus la nostalgie que ces douces notes de piano qui donnent la mélodie de Cardigan. Elles font le même effet que le vieux cardigan retrouvé sous un lit qui sert de métaphore dans la toune.

Watering, Big Thief

Photo d'archives

Adrianne Lenker a la voix la plus poignante de tout le rock américain contemporain. Alors quand j’ai besoin de me tourner le fer dans la plaie, je sais vers qui me tourner. Je connais peu de chansons au texte plus déchirant que Watering.

How To Disappear Completely, Radiohead

Photo d'archives

Un jour, Michael Stipe (R.E.M.) a suggéré à son ami Thom Yorke de se dire «je ne suis pas ici, ce n’est pas en train de se produire» quand une situation l’accablait. Cela a donné le refrain de cette magnifique chanson (I’m not here, this isn’t happening), tirée du non moins magnifique album Kid A, et un truc pour composer avec les soubresauts de la pandémie.

Sandra Godin  

I Want It That Way, Backstreet Boys

Photo d'archives

Quoi de mieux que de se conforter dans la nostalgie? Clin d’œil ici à mes amis trentenaires qui me manquent beaucoup avec cette chanson qu’on chante à tue-tête à chacun de nos soupers arrosés et qui me fait danser seule dans mon salon en attendant de les retrouver.

Let’s Twist Again, Chubby Checker

Photo d'archives

Je m’en confesse : quand j’ai besoin d’une dose de motivation, entre autres lorsque je vais courir, je mets dans mes oreilles ce genre de hits des années 60. Croyez-moi, ça fait le travail.

It’s OK, Tom Rosenthal

Photo d'archives

Très peu connu ici, cet artiste britannique fait partie de ma playlist de réconfort. Même s’il détonne avec nos choix dansants et nostalgiques, je gage que vous serez plongés, tout comme moi, dans une atmosphère apaisante grâce à sa musique indie-pop folk et à sa poésie rassurante. 

Corinne, Les Trois Accords

Photo d'archives

Ma chanson québécoise par excellence pour mettre du pep dans ma journée. De quoi faire gonfler l’optimisme des plus déprimés.

Here Comes The Sun, The Beatles

Photo d'archives

Même si le moral est bas, il faut espérer retrouver la lumière un jour et cette chanson des Beatles nous permet de croire qu’un jour, on fredonnera le sourire aux lèvres «I say It’s all right»...

Raphaël Gendron-Martin  

September, Earth, Wind & Fire

Photo d'archives

Cette chanson de 1969 me met instantanément un sourire au visage quand je l’entends. Impossible de ne pas se dandiner en entendant la mélodie accrocheuse du groupe de Chicago à qui l’on doit aussi les succès Boogie Wonderland et Let’s Groove

Friday I’m in Love, The Cure

Photo d'archives

J’écoute encore très régulièrement cette chanson quand je veux mettre du soleil dans ma journée. J’aime tout de ce morceau, le rythme, les paroles, la voix de Robert Smith. Qui n’aime pas être en amour le vendredi?

You Got It, Roy Orbison

Photo d'archives

On lui doit le méga hit Oh, Pretty Woman, mais pour moi, c’est d’abord et avant tout You Got It qui me vient en tête lorsque je pense à Roy Orbison. Je me surprends souvent à chanter le refrain à tue-tête. «Anything you want, you got it...» 

Don’t Stop Me Now, Queen

Photo d'archives

On peut nommer des dizaines de titres populaires de ce groupe britannique, mais Don’t Stop Me Now est l’un de ceux qui se démarquent le plus. Une vraie feel-good song qui ne laisse personne indifférent. En l’écoutant, tout me semble possible. 

Isabelle, Jean Leloup

Photo d'archives

Chaque fois que j’entends cette chanson, je fais immédiatement un retour une vingtaine d’années en arrière, quand j’étudiais au Cégep de Jonquière. Oh, que je me suis défoulé sur les caisses de son du défunt Paradise en entendant cette exaltante pièce!