/world/pacificasia
Navigation

COVID-19: L’Inde satisfaite du début de la campagne de vaccination

COVID-19: L’Inde satisfaite du début de la campagne de vaccination
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le début, samedi, de la campagne de vaccination en Inde contre la COVID-19 a été une réussite avec plus de 190 000 personnes qui ont reçu une dose, a annoncé le ministère indien de la Santé, mais l’un des vaccins utilisés suscite l’inquiétude d’une partie de la population. 

• À lire aussi: Inde: coup d'envoi de la mégacampagne de vaccination contre la COVID-19

La deuxième nation la plus peuplée de la planète compte vacciner 300 millions de personnes, soit presque l’équivalent de la population américaine, d’ici juillet, dans le cadre de l’une des plus grandes campagnes de vaccination au monde.

Celle-ci repose sur deux vaccins: Covaxin, développé par Bharat Biotech et le Conseil indien de la recherche médicale, et Covishield, la version mise au point par AstraZeneca et l’Université d’Oxford. Tous deux produits par le Serum Institute of India et approuvés «en urgence», début janvier.

«Nous avons eu des retours encourageants et satisfaisants au premier jour», a déclaré samedi le ministre indien de la Santé, Harsh Vardhan, à ses homologues dans les États indiens.

«Ce vaccin va en effet être un “Sanjeevani” [sauveur de vies]», a-t-il ajouté.

L’Inde est le deuxième pays le plus touché – après les États-Unis – par la COVID-19, avec plus de 10 millions de cas déclarés, même si officiellement, le taux de mortalité y est l’un des plus faibles du monde. 

Les 30 millions de membres du personnel soignant et les plus exposés à la maladie seront les premiers à être vaccinés, suivis par environ 270 millions de personnes de plus de 50 ans ou particulièrement vulnérables.

Le ministère a affirmé qu’aucun «cas d’hospitalisation post-vaccination» n’avait été signalé, mais des médias locaux ont affirmé qu’un agent de sécurité de l’All India Institute of Medical Sciences (AIIMS), principal hôpital public du pays, avait développé une réaction allergique juste après avoir reçu son injection.

Un organisme représentant les médecins du Ram Manohar Lohia Hospital de New Delhi a, de son côté, écrit un courrier demandant que soit exclusivement utilisé le «Covishield» d’Oxford-AstraZeneca plutôt que le Covaxin, pour apaiser les inquiétudes sur ce vaccin qui n’a pas achevé ses essais de Phase 3.

«Les gens sont un peu inquiets du fait que les essais du Covaxin n’aient pas été achevés et pourraient ne pas participer en nombre, ce qui risque de saper le but de la vaccination», a-t-il dit dans un courrier vu par l’AFP.

«Nous vous demandons de nous vacciner avec le “Covishield” qui a achevé tous les essais avant son déploiement».

Les inquiétudes quant aux vaccins sont très répandues en Inde. Une récente enquête menée auprès de 18 000 personnes a montré que 69% des gens n’étaient pas pressés de se faire vacciner.