/world/opinion/columnists
Navigation

Le testament de M. Trump

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump est politiquement mort, mais lui-même ne s’en est pas encore aperçu. Ses partisans ne le savent pas non plus. 

Trump est mort politiquement le mercredi 6 janvier à 14 h 33 quand, à son instigation, des insurgés sont entrés dans le Capitole. Depuis, Trump est un fantôme.

Il hante les couloirs d’une Maison-Blanche désertée.

Il ne peut plus communiquer directement avec ses partisans.

  • Écoutez Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Après-demain, il n’occupera plus aucun poste officiel.

Les nouvelles audiences pour le destituer devraient planter les derniers clous de son cercueil.

Comme si ce n’était pas suffisant, plusieurs procès pour fraude l’attendent. Et l’équipe de Joe Biden va probablement découvrir diverses manigances qui avaient jusqu’à présent échappé au public.

Vrai problème

Le vrai problème tient dans l’héritage électoral de Trump.

À son arrivée à la présidence, en 2016, Trump avait reçu un capital politique important hérité du Tea Party et du mécontentement des classes moyennes. Ce capital politique, Trump l’a fait fructifier.

Beaucoup d’Américains ne comprennent toujours pas qu’ils sont appauvris par un système de redistribution qui avantage outrageusement un très petit nombre de personnes extrêmement riches. Au contraire, ils militent pour un renforcement des mesures fondées sur la loi de la jungle, du port d’arme sans restriction à l’abolition de toutes mesures d’assurance maladie.

Dans leur tête, les milliardaires sans scrupule comme Donald Trump sont de leur côté. Ceux qui cherchent à établir une société plus juste ne sont que de dangereux communistes.

Trump a convaincu ces gens sans éducation politique que gouverner était une affaire de croyances personnelles. Que les faits réels n’avaient aucune importance. Que tous les politiciens, tous les commentateurs et tous les médias mentaient. 

Qui reprendra le flambeau ? Qui saura parler à ces électeurs trumpistes ?

Héritage sulfureux

Les enfants de Trump risquent de se retrouver en procès. Il est improbable que Trump réussisse à fonder une dynastie politique.

Le parti républicain est divisé en deux groupes inégaux qui se détestent : les pro-Trump et les anti-Trump. Les seconds forment près de 20 % des électeurs républicains, mais leur apport est essentiel pour gagner des élections.

Surtout, les pro-Trump se sont fait larguer par plusieurs élites économiques, des propriétaires des grandes plateformes numériques aux grandes banques. Ces élites ont fini par saisir jusqu’où les politiques anarchistes républicaines pouvaient les mener.

L’héritage de Trump est réel en termes d’électeurs, mais sulfureux. 

Le parti républicain doit absolument trouver un nouveau dirigeant fort qui pourra à la fois réunifier le parti et rassurer les élites économiques. Ceci implique l’abandon discret de plusieurs pans de l’héritage de Trump. 

Qui pourrait y parvenir ? Pour le moment, on ne voit personne.

En attendant, Biden aura bien du mal à défaire les politiques de Trump en santé, en immigration, en environnement, etc., sans que des hordes de trumpistes ne déferlent dans les rues.