/news/politics
Navigation

Partys dans les hôtels: la ministre Proulx promet de sévir

Coup d'oeil sur cet article

Qualifiant la situation d’«inacceptable», la ministre du Tourisme Caroline Proulx a promis de sévir, lundi, contre les hôteliers qui autorisent, voire encouragent, les rassemblements illégaux après le couvre-feu à l’intérieur de leur établissement. 

• À lire aussi: Lévis: la police démantèle une fête dans un hôtel

• À lire aussi: Facile de réserver à l’hôtel pour faire le party

• À lire aussi: Une industrie à l’agonie avec la pandémie

«Ce qui se passe dans certains hôtels [...] c’est non seulement inacceptable, mais ça doit cesser immédiatement», a tranché la ministre en entrevue à LCN.

Si elle précise que les hôteliers délinquants sont «une minorité», les consignes sanitaires ont été rappelées à l’ensemble des établissements de la province en début de semaine. Et ceux qui continueront de tolérer les rassemblements pourraient être punis, a averti la ministre Proulx.

«On va s’assurer de sévir envers ceux qui permettent des rassemblements qui, je le rappelle, sont illégaux», a-t-elle promis, sans toutefois s’avancer sur les mesures qui seront prises par Québec pour surveiller ou encore réprimander les contrevenants.

Une enquête publiée au cours du week-end démontrait que des hôteliers pris à la gorge à cause de la baisse d’achalandage ferment les yeux sur des partys dans leurs chambres malgré le resserrement des mesures sanitaires et l’imposition d’un couvre-feu.

«J’ai appris que le milieu de l’hôtellerie utilisait toutes sortes de petits stratagèmes pour permettre aux gens de contourner [le couvre-feu]. Ça m’a attristé parce que je pense que toutes les industries doivent faire partie de la solution, parce qu’on a tous fait des concessions», avait déclaré à ce sujet le Dr François Marquis sur nos ondes il y a quelques jours.

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, juge qu’alors que la très grande majorité des Québécois font preuve d’immenses sacrifices, ce laxisme pourrait avoir un effet «décourageant» pour la population.

«C’est surprenant qu’on soit rendu aussi tard dans le mois de janvier et que cette situation ne fasse pas l’objet d’une intervention plus organisée de la police et de directives plus claires de la part du gouvernement», regrette-t-il.

«Tout le monde doit faire sa part pour endiguer la pandémie. La situation n'est pas facile pour eux, mais ça ne justifie en rien que les hôteliers ferment les yeux sur ce qu'il se passe au sein de leur établissement», a de son côté réagi Émilise Lessard-Therrien, la porte-parole en matière de Tourisme de Québec solidaire.

La députée ajoute que les aides pour le secteur sont «insuffisantes» et que le gouvernement «pourrait en faire plus pour eux».