/opinion/columnists
Navigation

Trump à Hollywood

US-POLITICS-TRUMP
Photo AFP Six films pour mieux comprendre le phénomène Trump...

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Trump s’apprête à effectuer son dernier tour de piste à la Maison-Blanche, je vous propose une série de films permettant de mieux comprendre l’homme et le mouvement qu’il a créé.

Alien, de Ridley Scott (1979) 

Afin d’assurer la survie de son espèce, une créature d’origine inconnue pond des œufs dans le ventre d’êtres humains. 

Tout comme la créature de ce film-culte, Trump avait besoin d’un véhicule pour propager ses idées et prendre le pouvoir. Il a donc « inséminé » le Parti républicain. 

Une fois rendue à maturité, la créature trumpienne a fait exploser la formation politique qui lui servait d’hôte pour se promener à l’air libre dans les couloirs labyrinthiques de la Maison-Blanche, afin de contaminer tous ceux qui s’y trouvaient.

  • ÉCOUTEZ la chronique de Normand Lester à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio :

The Exorcist, de William Friedkin (1973) 

En tournage à Georgetown, une banlieue cossue de Washington, une comédienne appartenant à la gauche caviar ne comprend pas ce qui arrive à sa fille. Elle qui était jusqu’à maintenant polie et réservée se comporte maintenant de façon vulgaire, grossière, et vomit sur tout ce que sa mère adore. 

Inquiète, cette dame va consulter des médecins, un psychiatre, puis un prêtre qui lui apprend que sa fille est possédée par un esprit malin. 

Comme la mère de ce film d’horreur, les électeurs démocrates menaient une petite vie bien tranquille, loin des cités ouvrières qui avaient été frappées de plein fouet par la mondialisation. 

Ils tripaient sur Bill et Hilary, lisaient les best-sellers que leur conseillait Oprah, fréquentaient des gens de la bonne société – artistes, journalistes, entrepreneurs de Silicone Valley.

Puis leur petit monde confortable a éclaté et ces « bobos » privilégiés et déconnectés ont découvert avec stupeur qu’une autre Amérique vivait en leur sein. 

Une Amérique frustrée, colérique et en révolte contre l’establishment.

Alors pour guérir leur pays malade, ils ont fait appel à un vieil exorciste sur ses derniers milles : Joe Biden.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Falling Down, de Joel Schumacher (1993)

Écœuré de voir la rectitude politique, la bureaucratie et toutes sortes de petites règles stupides restreindre ses droits et libertés (il ne peut même plus commander des œufs dans un resto après 11 h 30), un Américain moyen pète les plombs et part en croisade contre tout ce qui selon lui empêche son pays d’être aussi grand et aussi puissant qu’avant. 

Ce faisant, il devient une sorte de héros des laissés-pour-compte du système... 

On pourrait ajouter deux autres films similaires à ce long métrage : Network, de Sidney Lumet (1976), sur un journaliste enragé qui devient le porte-voix de la colère du peuple, et The Joker, de Todd Phillips (2019), sur un psychopathe qui instrumentalise une révolte populaire à des fins personnelles.

Enfin, V For Vendetta, de James McTeigue (2005)

Ce film-culte qui racontait les aventures d’un justicier de la liberté combattant un régime fasciste dans une Angleterre post-nucléaire posait une question existentielle : le recours au terrorisme devient-il légitime quand on se bat « du bon » bord ? 

C’est exactement ce que pensaient les insurgés qui ont pris le Capitole d’assaut.

Dans leur tête, ils faisaient la bonne chose pour « sauver » leur pays...