/sports/huntfish
Navigation

Engouement monstre pour les sports d’hiver

Coup d'oeil sur cet article

Avec la fermeture des centres d’entraînement et les règles sanitaires, l’engouement pour les sports extérieurs individuels est énorme, au point que les bases de plein air doivent parfois refuser des gens.

C’est par centaines que les amateurs de plein air ont pris d’assaut les sentiers depuis le début de la saison.

«Cette année, c’est une explosion», a ainsi affirmé Samuel Marcoux, coordonnateur du centre Énergie CMB, à Trois-Rivières.

Même chose à la station de ski Vallée du Parc, qui doit parfois refuser des gens.

«On a promis à nos détenteurs de billets de saison de toujours avoir accès à la montagne. À partir de là, la façon de contrôler, c’est de contrôler le nombre de billets journaliers qu’on met sur notre site internet. Il y a certaines journées, où, malheureusement, on affiche déjà complet», a indiqué le directeur général de la station, Alain Beauparlant.

Au Domaine de la forêt perdue à Notre-Dame-du-Mont-Carnel, cinq personnes supplémentaires ont été embauchées pour vérifier que les patineurs ont le visage couvert, et qu’ils se tiennent bien à deux mètres de distance.

«On a même des personnes qui patinent pour rappeler les consignes», a souligné Sylvie Leménager, responsable des communications.

Malgré la forte demande, la météo n’a pas fait de cadeaux, c’est pourquoi la station de plein air Val-Mauricie, à Shawinigan, ne doit ouvrir que d’ici vendredi.

«Ici on n’a pas de neige artificielle. [...] On est environ une semaine en retard. On va ouvrir les tubes vendredi et le reste de la station samedi», a mentionné le directeur général, Luc Desaulniers.

Malgré les pertes financières provoquées par la fermeture des cantines et des restaurants, et même si l’après-ski doit se faire à la maison, ces décors dignes de cartes postales font quand même plaisir à beaucoup de monde. 

  • Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio: