/sports/fighting
Navigation

La lumière au bout du tunnel

Marie-Ève Dicaire et Claressa Shields croiseront le fer le 5 mars au Michigan

Marie-Ève Dicaire
Photo d'archives Agence QMI, Mario Beauregard Marie-Ève Dicaire

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Ève Dicaire et Claressa Shields ont une nouvelle date pour leur combat d’unification où quatre titres de la catégorie des super mi-moyennes seront à l’enjeu. Mardi matin, on a appris qu’elles s’affronteront maintenant le 5 mars, à Flint, au Michigan.

• À lire aussi: Patience récompensée

Les titres WBC, WBO, IBF ainsi que la couronne vacante de la WBA (super championne) seront sur la table dans ce duel de 10 rounds. 

Comme on le sait, ce choc a été reporté à plusieurs reprises depuis la signature du premier contrat entre les parties en février 2020. Dicaire (17-0, 0 K.-O.) et Shields (10-0 2 K.-O.) ont dû patienter pour de multiples raisons. La pandémie et l’absence d’une entente avec un réseau de télévision ont été les plus grosses embûches dans le dossier. 

« Après tout ce qui s’est passé, on dirait que je ne crois pas que le combat va se matérialiser. C’est la même chose pour mes entraîneurs, a indiqué Marie-Ève Dicaire au Journal de Montréal. Il y a eu tellement de rebondissements dans ce dossier-là. 

« Ce n’est pas le premier contrat qu’on signe et ce n’est pas la première date qu’on a. »

Cette fois, la championne IBF des super mi-moyennes a vraiment l’impression que l’attente tire à sa fin. 

« Je vois la lumière au bout du tunnel, a ajouté Dicaire. C’est le dernier droit, peu importe ce qui va arriver. Je n’étais pas dans le même état d’esprit lors des autres reports, même si je poussais la machine au gymnase.

« Le moment où ma déception a atteint son sommet ? Le report après la pesée de 30 jours, alors que je devais monter sur le ring le 11 décembre. À compter de cette journée, on avait fait une croix sur le combat dans nos têtes. »

Claressa Shields
Photo d'archives, AFP
Claressa Shields

Quatre camps

Durant la dernière année, Dicaire et son promoteur Yvon Michel ont signé trois ententes différentes avec le clan Shields. Qui dit signatures, dit camps d’entraînement. 

« Depuis décembre 2019, j’ai fait quatre gros camps d’entraînement, a expliqué la fierté de Saint-Eustache. Ils étaient toujours accompagnés de deux semaines de vacances qui me permettaient d’avoir une bonne période de récupération. 

« Par contre, je me dis que je n’ai pas tout fait pour rien. C’est le temps de récolter et de capitaliser pour tous les efforts et les sacrifices que j’ai faits. C’est comme un marathonien qui amorce son dernier kilomètre. »

Certains préparateurs physiques pensent que le cas de Dicaire est un cas d’espèce. Peu d’athlètes de sports de combat ont dû faire autant de camps d’entraînement en l’espace d’une année complète. 

Pour ce qui est de son poids, Dicaire affirme qu’elle est déjà sous la limite permise de la pesée des 30 jours exigée par le WBC. Le tout devrait se dérouler le 5 février. 

Shields et les AMM

La signature de Shields avec une organisation d’arts martiaux mixtes (Professionnal Fighters League – PFL), le 1er décembre dernier, a soulevé plusieurs doutes quant à la concrétisation du choc avec Dicaire. 

Lors de l’annonce, l’Américaine avait même indiqué qu’elle disputerait son premier duel au printemps 2021. Par la suite, la championne unifiée des super-moyennes a été très discrète sur ses intentions d’affronter Dicaire sur ses réseaux sociaux ou avec les médias. 

De plus, elle a diffusé plusieurs vidéos d’entraînement en arts martiaux mixtes, notamment avec l’ancienne championne Holly Holm et l’ancien champion Jon Jones. Ceux-ci l’aident à faire sa transition entre les deux sports qui ont une approche différente.

« Je ne sais pas si elle me sous-estime, mentionne Dicaire. C’est son problème à elle. Je fais attention parce que ça pourrait aussi être une stratégie de me faire croire qu’elle ne se prépare pas adéquatement pour notre combat. 

« Il ne faut pas oublier que Holm est une gauchère comme moi. Si elle ne prend pas notre combat au sérieux, tant mieux. Elle aura droit à une belle surprise. »