/news/currentevents
Navigation

L'entrepreneur qui aurait harcelé le maire de Louiseville remis en liberté

Coup d'oeil sur cet article

Michel Lacoursière, un entrepreneur de 52 ans, a été remis en liberté après avoir été accusé pour une seconde fois en raison de menaces visant le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Le suspect s'est toutefois vu imposer des conditions contraignantes et éventuellement coûteuses. Pour quitter la prison, il a notamment dû faire un dépôt de 1000$. Il lui est aussi interdit de communiquer avec le maire, de passer devant sa maison, de le suivre, de l'épier ou de le harceler et de posséder des armes.

Selon son avocat, il était peu probable que l'accusé soit gardé en détention pour toute la durée des procédures parce qu'il aurait pu se retrouver avec une peine plus longue que celle dont il pourrait écoper s'il est déclaré coupable.

Selon Me Stéphane Roof, les engagements offrent une garantie très large. «On a mentionné suivre et épier. De façon plus générale, ça fait en sorte, dans l'éventualité où il le voit, il va devoir prendre un chemin autre. M. Deshaies, à ce niveau-là, va avoir une certaine latitude quant à ses mouvements», a détaillé l'avocat.

L'accusé aurait suivi le véhicule du maire de Louiseville dimanche avant de lui adresser des propos injurieux, pour lesquels il a été accusé de harcèlement et de non-respect des conditions. Il était déjà en attente de jugement pour des menaces de mort contre le maire.