/sports/hockey/canadien
Navigation

Un véritable tour de force du Canadien

Un véritable tour de force du Canadien
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Deux victoires contre les Oilers, à Edmonton. Qui l’eût cru? Pas grand monde, si l’on se fie aux auditeurs qui ont passé un coup de fil à l’ami Jérémie Rainville, à Bonsoir les sportifs, vendredi soir.

• À lire aussi: Le CH parfait à Edmonton

• À lire aussi: «Nous jouons comme une équipe, comme une famille» - Alexander Romanov

Les plus optimistes estimaient que le Canadien était capable de récolter deux points, les rares amoureux inconditionnels poussaient l’audace jusqu’à en prédire trois. Quatre? Personne.

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

On peut le comprendre. Les amateurs ont été échaudés depuis tellement longtemps qu’il ne faut pas se surprendre que leur foi en l’équipe soit encore très basse.

Surtout quand on sait que le Tricolore affrontait une machine offensive misant sur Leon Draisaitl et Connor McDavid. Or, en tout, les deux attaquants ont récolté un seul point. Une passe du capitaine, dans une cause déjà perdue, samedi soir.

Bref, le Canadien a réalisé un véritable tour de force.

«C’était une tâche ardue. En arrivant ici, on savait que la seule chance que nous avions de gagner, c’était en s’assurant que ces deux joueurs n’auraient pas d’impact sur les matchs», a indiqué Claude Julien, lequel était évidemment très satisfait de la tenue de ses ouailles malgré les dix supériorités numériques (dont sept, lundi soir) accordées aux Oilers.

«On a fait du bon travail en appliquant beaucoup de pression sur eux, en se mettant dans leur chemin et en les ralentissant. Ils ont quand même obtenu quelques occasions de marquer, spécialement en supériorité numérique, mais nos gardiens ont fait de gros arrêts», a poursuivi l’entraîneur du Canadien.  

  • Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio:    

Cinq points sur six

Mine de rien, le Tricolore a récolté cinq points sur une possibilité de six dans la première portion de ce périple qui se terminera par trois matchs face aux Canucks, à Vancouver. 

Un accomplissement à ne pas négliger, considérant le court camp d’entraînement et les nombreux nouveaux visages au sein de l’équipe.

«Les gars sont arrivés au camp en bonne forme. On avait fait un bon plan pour les huit jours du camp. On a été capables de toucher à la majorité des aspects de notre jeu, a expliqué Julien. On a donné beaucoup d’explications lors de séances vidéo. Les entraînements étaient peut-être courts, mais ils étaient précis. Ça nous a aidés à prendre notre rythme et à nous garder frais pour le début de saison.»