/finance/business
Navigation

Carrefour taquine Couche-Tard sur Twitter

Et le ministre de l’Économie en rajoute une couche

Carrefour taquine Couche-Tard sur Twitter
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quelques jours à peine après qu’Alimentation Couche-Tard a dû abandonner son projet d’acquérir Carrefour en raison d’une intervention politique du gouvernement français, la chaîne de supermarchés se paie la tête de son rival québécois sur Twitter.

« Pour les lève-tôt nos hypers ouvrent dès 7 h 30, pour les couche-tard https://carrefour.fr reste ouvert 24 h/24. Et pour tous, -34 % sur notre sirop d’érable ! » a publié le géant français de la distribution alimentaire sur le compte Twitter, mercredi.

Le tweet à saveur humoristique de Carrefour.
Capture d'écran, Twitter
Le tweet à saveur humoristique de Carrefour.

Le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, a rapidement retweeté le message de l’entreprise, affirmant : « Je ne relaie jamais nos promotions mais là... »

Transaction pourtant appuyée

La direction de Carrefour et plusieurs de ses actionnaires, dont le milliardaire Bernard Arnault, appuyaient la transaction de 25 milliards de dollars avec Couche-Tard. 

Mais à un peu plus d’un an de l’élection présidentielle en France, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a opposé son veto au regroupement, invoquant la souveraineté alimentaire.

D’un goût douteux pour certains

Le grain de sel du ministre français de l’Économie Bruno Le Maire.
Capture d'écran, Twitter
Le grain de sel du ministre français de l’Économie Bruno Le Maire.

Mercredi, M. Le Maire a réagi au message de M. Bompard en tweetant une image animée où l’on voit des crêpes être recouvertes de sirop, une initiative plutôt mal accueillie par les internautes.

« Tout va bien monsieur le ministre ?? » a tweeté l’un d’eux.

Le ministre québécois de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, n’a pas cru bon réagir. La semaine dernière, il a téléphoné à son homologue français pour tenter de le convaincre de laisser Couche-Tard conclure une transaction avec Carrefour, mais en vain.

Mercredi, Le Journal a rappelé que plusieurs entreprises québécoises sont tombées dans le giron d’acquéreurs français au cours des dernières années, y compris deux producteurs de yogourt et... un transformateur de sirop d’érable. 

Avec Francis Halin