/entertainment/music
Navigation

[EN IMAGES] Des stars pour le président

Lady Gaga, Jennifer Lopez et Garth Brooks ont participé à la cérémonie d’investiture de Joe Biden

Coup d'oeil sur cet article

Pandémie de COVID-19 et mesures de sécurité obligent, la cérémonie d’investiture de Joe Biden n’a rassemblé aucune foule monstre mercredi autour du Capitole de Washington. L’événement a toutefois attiré trois grosses pointures du showbiz américain : Lady Gaga, Jennifer Lopez et Garth Brooks.

• À lire aussi: Les stars offrent une note d’espoir

• À lire aussi: Joe Biden devient le 46e président des États-Unis, Kamala Harris la première femme vice-présidente

• À lire aussi: Les démocrates prennent le contrôle du Sénat américain

• À lire aussi: Biden entre à la Maison Blanche, marque la rupture avec Trump

Pour interpréter le <i>Star-Spangled Banner</i>, Lady Gaga avait choisi une tenue griffée Schiaparelli Haute Couture.
Photo AFP
Pour interpréter le Star-Spangled Banner, Lady Gaga avait choisi une tenue griffée Schiaparelli Haute Couture.

Lady Gaga a ouvert la portion musicale de l’événement peu après 11 h. Étrennant une jupe rouge bouffante ainsi qu’une veste marine ornée d’une énorme broche dorée représentant une colombe transportant une branche d’olivier, symbole de paix par excellence, l’auteure-compositrice-interprète a ressorti des cartons sa formation en chant classique pour reprendre l’hymne national.

À défaut d’être parfaite, son interprétation était sentie.

Photo AFP

L’artiste de 34 ans était visiblement nerveuse. Il faut dire qu’elle poussait la note devant un parterre particulièrement inusité, composé de trois anciens couples présidentiels : Barack et Michelle Obama, Bill et Hilary Clinton, et George W. et Laura Bush.

Des messages bien sentis

Et quelques minutes avant de sortir du Capitole, Lady Gaga avait souligné sur Twitter à quel point elle chérissait ce moment. « Je vais chanter durant une cérémonie, une transition, un moment de changement [...]. Pour moi, c’est très significatif. »

« Mon but est d’honorer notre passé, panser notre présent et inspirer un avenir auquel nous travaillons ensemble avec amour. »  

  • Écoutez la chronique d'Anaïs Guertin-Lacroix sur QUB radio    

Aucune fausse note du côté de Jennifer Lopez, mais son lipsync y était probablement pour quelque chose. Toute de blanc vêtue, la vedette d’origine portoricaine a offert un medley de deux chansons riches de sens, compte tenu du discours anti-immigration de l’administration précédente : This Land is Your Land (en français, Cette terre est votre terre) et America the Beautiful.

L’actrice et chanteuse a même ponctué sa prestation d’un message d’unité en espagnol, qui parlait de « liberté et justice pour tous ». Après avoir lancé son cri avec passion, J. Lo a invité ses compatriotes latino-américains à élever leur voix en reprenant le titre d’un de ses plus grands succès, Let’s Get Loud.

Jennifer Lopez a chanté <i>This Land is Your Land</i> et <i>America the Beautiful</i> vêtue d’un ensemble blanc signé Chanel.
Photo AFP
Jennifer Lopez a chanté This Land is Your Land et America the Beautiful vêtue d’un ensemble blanc signé Chanel.

Pour sa part, Garth Brooks s’est pointé après l’assermentation de Joe Biden pour reprendre Amazing Grace avec beaucoup de retenue. Chapeau de cowboy, chemise noire et jeans, la vedette du country s’est arrêtée en cours de performance pour inviter les gens à chanter le dernier couplet avec lui, non seulement ceux qui étaient sur place, mais « tous ceux à la maison et au travail ».

Pour reprendre <i>Amazing Grace</i>, Garth Brooks avait opté pour une paire de jeans.
Photo AFP
Pour reprendre Amazing Grace, Garth Brooks avait opté pour une paire de jeans.

Une découverte

Parmi tous les artistes présents, c’est toutefois Amanda Gorman qui s’est le plus illustrée.

La jeune poétesse de 22 ans, majoritairement inconnue du grand public, a récité un texte percutant, en partie inspiré des émeutes du Capitole du début janvier, dans lequel elle a déclaré qu’au cours des dernières années, nous avons appris que « silence n’est pas toujours synonyme de paix ».

Son discours a reçu des éloges de plusieurs personnalités publiques, dont Oprah Winfrey.

Photo AFP