/sports/hockey
Navigation

Markstrom, une grosse perte pour les Canucks

HKN-HKO-SPO-VANCOUVER-CANUCKS-V-CALGARY-FLAMES
Photo AFP Jacob Markstrom défend maintenant le filet des Flames de Calgary.

Coup d'oeil sur cet article

Jim Benning, le directeur général des Canucks, se retrouvait devant un choix déchirant : offrir plusieurs millions et un contrat de longue durée à Jacob Markstrom ou confier le rôle de numéro un rapidement au gardien d’avenir de l’organisation, Thatcher Demko. 

Benning a opté pour le plan B. Le DG des Canucks a laissé partir une pièce importante de son casse-tête au cours de la saison morte avec le départ de Markstrom. Le colosse gardien de 6 pi 6 po et 206 lb a déménagé dans la province voisine en acceptant un lucratif contrat de six ans et 36 millions avec les Flames de Calgary. 

Si Elias Pettersson et Quinn Hughes monopolisent très souvent l’attention à Vancouver, Markstrom représentait une force indéniable pour cette équipe. 

Il n’y a pas de doute que son absence laisse un gros trou à combler. 

Antoine Roussel, qui n’a jamais peur d’offrir son opinion, avait fait la lecture suivante de Markstrom pour son équipe tout juste avant le tour de qualifications éliminatoires en août dernier contre le Wild du Minnesota. 

« Sans farce, je crois que Markstrom était le meilleur gardien de la LNH cette saison (2019-2020), avait dit Roussel en entrevue téléphonique au Journal, en mai dernier. Et je ne dis pas ça parce que c’est mon gardien. Il a volé plusieurs rencontres, il est immense devant le filet. Il n’y a pas de place pour le déjouer. Il est un maillon fort de notre organisation. » 

Markstrom est aujourd’hui un maillon fort des Flames. Mais pour les Canucks, la durée de l’entente représentait le principal obstacle. Un pacte de six ans demeure un pari risqué pour un gardien âgé de 30 ans. 

Holtby et Demko

À quelques heures d’un premier de trois duels en quatre soirs contre le Canadien, mercredi, Bo Horvat a décrit les répercussions de perdre un gardien de la trempe de Markstrom. 

« Oui, ç’a fait mal de le voir quitter Vancouver, Marky (Markstrom) était une grande raison de nos succès l’an dernier, a affirmé l’attaquant. C’est aussi une bonne personne. Nous nous ennuyons de lui dans le vestiaire. Je jouais avec lui depuis six ans. Je trouve ça étrange maintenant de le voir dans un autre uniforme. Mais nous avons deux bons gardiens en Holtby et Demko. Holts (Holtby) a déjà gagné la coupe Stanley et Demko a montré tout son talent lors des séries l’été dernier. » 

À 31 ans, Braden Holtby a maintenant comme objectif de prouver qu’il n’est pas un gardien en déclin. L’ancien des Capitals de Washington a signé un contrat de deux ans et 8,6 millions avec les Canucks. Il forme donc un duo avec Demko, un gardien moins expérimenté, mais prometteur à 25 ans. 

« On peut apprendre plusieurs choses de Braden, a mentionné l’ailier Brock Boeser. Il n’est pas l’unique gagnant de la coupe Stanley dans notre équipe. J’aime regarder comment il se prépare en arrivant à l’aréna. Il fait attention aux moindres détails. Il travaille aussi très fort et il est déjà un meneur dans notre vestiaire. »

Depuis le début de la saison, Travis Green a alterné les départs entre Holtby et Demko. 

Benn de retour

Plaqué par un test positif à la COVID-19, Jordie Benn a effectué un retour à l’entraînement avec ses coéquipiers des Canucks. Il n’était toutefois pas en uniforme face au CH, mercredi soir. 

« Je ne sais pas comment j’ai attrapé ce virus, a dit l’ancien défenseur du Tricolore. Je me sens bien maintenant. J’étais heureux de revenir sur la glace pour un entraînement. J’ai réussi à faire quelques entraînements chez moi pendant mes 10 jours d’isolement. »

 Benn faisait partie de la portion des gens asymptomatiques au coronavirus. 

« Les gens réagissent de plusieurs façons à ce virus. Pour ma part, je n’avais pas de symptômes. Je me suis bien senti du début à la fin. Mais quand tu vois des gens à l’hôpital, ça peut faire peur. C’est un virus vraiment étrange. »