/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Un petit repêchage

Le CF Montréal ne sélectionne qu’un joueur au 3e tour d’une séance virtuelle

Olivier Renard
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Le directeur sportif du CF Montréal, Olivier Renard, a été très discret lors du repêchage de la MLS.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la seconde année d’affilée, la Major League Soccer a tenu son repêchage par le truchement d’internet, jeudi. Et cette fois, c’est encore plus logique compte tenu de la pandémie de COVID-19.

Comme il fallait s’y attendre, le CF Montréal n’a pas été actif au cours de cette séance, réduite à trois rondes plutôt que quatre.

La formation montréalaise avait échangé ses choix de première et deuxième ronde. Elle a opté pour Giuseppe Barone, un milieu de l’université Michigan State, avec le 9e choix de la troisième ronde obtenu de Vancouver dans l’échange d’Evan Bush. Montréal a ensuite fait l’impasse sur le 11e choix de la ronde.

Seule la première ronde a été diffusée sur le site officiel de la ligue alors qu’avant 2020, on tenait les deux premières rondes dans une salle de congrès où des partisans étaient bruyants et donnait un peu d’atmosphère à un exercice autrement monotone.

Année particulière

La version virtuelle de ce repêchage des joueurs issus des universités américaines n’est pas très palpitante, mais elle a au moins l’avantage d’être beaucoup plus économique et même écologique puisque des centaines de personnes y participent chaque année.

En temps normal, le repêchage de la MLS permet de dénicher quelques pépites et des joueurs qui vont devenir des réguliers dans la MLS, mais ça demeure à bien des égards des coups de dés.

L’exercice de jeudi était d’autant plus embêtant pour les formations du circuit Garber que de nombreux joueurs n’ont pas joué en 2020 ou ont eu une saison réduite en raison de la pandémie.

Certaines conférences athlétiques ont tout simplement décidé d’attendre au printemps même si le soccer est un sport d’automne dans les rangs universitaires.

Il est donc difficile de comparer cette cuvée aux précédentes et il faut se demander si certains joueurs auront besoin de plus de temps pour se développer en raison du manque d’action cette année. 

Premier choix

Dans une première ronde dominée par les attaquants (12) et les défenseurs (11), c’est un milieu de terrain qui a été le tout premier choix de l’histoire du Austin FC,

Daniel Pereira, un produit de l’Université Virginia Tech, est un joueur de deuxième année capable d’appuyer l’attaque en plus d’avoir un bon profit défensif. Sa sélection a été une petite surprise pour les différents observateurs.

« Je suis pas mal sûr que toutes les équipes ont contacté au moins les joueurs du top 15 », a-t-il dit par visioconférence.

« Austin m’a appelé et m’a posé diverses questions sur ce que je pensais d’y jouer, entre autres. Je leur ai parlé de mon parcours, je suis né au Venezuela et j’ai commencé à jouer jeune. »

Fait à noter, aucun gardien n’a été appelé lors de la première ronde.

Autre rareté, aucun Canadien n’a été repêché au premier tour alors qu’il y en a habituellement quelques-uns.

Du mouvement

Avant même le début de la séance virtuelle, plusieurs équipes ont bougé afin d’avancer leur rang de sélection.

D’autres ont été actives afin de pouvoir parler deux fois de suite. D.C. a d’ailleurs acquis le 5e choix appartenant à Atlanta pour parler deux fois de suite après avoir déjà sélectionné au 4e tour.

Puis, Minnesota fait de même en transigeant avec NYCFC pour obtenir le 17e choix et a ensuite acquis le 18e choix appartenant à Toronto.

Orlando a été l’équipe la plus active de la journée en obtenant le 8e choix, propriété de Portland, qui venait de l’obtenir du Galaxy de Los Angeles. Orlando détenait deux autres choix en première ronde, le sien et un autre obtenu dans une transaction avec Philadelphie lors de la dernière saison.