/world/usa
Navigation

Avant de quitter, Trump pardonne à 73 individus

Le Journal dresse le portrait de 10 individus graciés, dont certains sont très proches du président sortant

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo AFP Le président sortant des États-Unis Donald Trump a fait comme plusieurs de ses prédécesseurs en graciant et en commuant les peines de plus de 140 individus.

Coup d'oeil sur cet article

À ses dernières heures à la tête des États-Unis, Donald Trump a accordé son pardon présidentiel à 73 individus en plus de réduire la peine de 70 autres criminels. Contrairement à ce que plusieurs croyaient, le président sortant n’a pas poussé l’audace jusqu’à se gracier et accorder son pardon à des membres de sa famille. Cela aurait protégé Trump et ses proches contre d’éventuelles accusations. À noter, son prédécesseur Barack Obama avait pardonné à 64 personnes et réduit la peine de 539 prisonniers dans les trois derniers jours de son règne à la Maison-Blanche.

• À lire aussi: Biden prend 17 actions pour effacer le bilan de Trump

Steve Bannon  

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo d'archives, AFP
  • Ex-conseiller de Donald Trump  
  • Détournement de fonds    

Steve Bannon, 66 ans, avait été l’un des artisans de la campagne présidentielle victorieuse de Donald Trump en 2016, avant d’être poussé vers la sortie par le milliardaire républicain en 2017. 

Il a obtenu la clémence du président alors qu’il était accusé d’avoir détourné des fonds prétendument destinés à la construction d’un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. M. Bannon avait plaidé non coupable. 

« M. Bannon a été un leader important du mouvement conservateur et il est connu pour son expertise politique », mentionne le communiqué de la Maison-Blanche. 

Cette grâce annulerait les charges portées contre lui s’il était condamné. 

  

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:   

 

Robert Cannon Hayes  

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo tirée de Twitter
  • Politicien et homme d’affaires   
  • Faux témoignage     

Aussi connu sous le surnom de Robin, Robert Cannon Hayes purgeait une probation d’un an pour faux témoignages dans le cadre d’une enquête fédérale. L’ancien représentant républicain au Congrès pour la Caroline du Nord a menti au FBI dans le cadre d’une enquête pour corruption entourant une compagnie d’assurance. 

  

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau, sur QUB radio:   

Anthony Levandowski  

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo tirée de Linkedin
  • Ingénieur  
  • Vol de secrets industriels    

En mars dernier, Anthony Levandowski a reconnu avoir téléchargé des documents avant sa démission de Google et les avoir partagés avec des concurrents rachetés par Uber. Les secrets volés concernaient la technologie de la voiture autonome du géant américain du web et leur valeur est évaluée entre 550 000 $ et 1,5 M$ américains. M. Levandowski--- avait été condamné à 18 mois de prison au mois d’août. 

Lil Wayne  

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo d'archives, Martin Chevalier
  • Rappeur   
  • Possession d’armes    

Le rappeur Lil Wayne, de son vrai nom Dwayne Michael Carter Jr., risquait la prison après avoir plaidé coupable à une accusation de possession d’armes. Tout comme un autre chanteur hip-hop, Kodak Black, dont la sentence de 46 mois a été réduite par Trump. 

Lil Wayne était parmi les rares artistes à afficher ouvertement son soutien au président milliardaire républicain.  

Elliott Broidy  

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo courtoisie
  • Homme d’affaires et collecteur de fonds républicain  
  • Lobbying illégal     

Elliott Broidy a été un des plus importants collecteurs de fonds du Parti républicain et a été impliqué dans la campagne de Trump en 2016. 

L’automne dernier, il a reconnu devant le tribunal avoir tenté d’influencer l’administration de Donald Trump et le département de la Justice des États-Unis pour les intérêts de la Chine et de la Malaisie en échange de millions de dollars. 

Il n’était pas enregistré comme lobbyiste auprès du gouvernement américain. 

Paul Erickson  

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo courtoisie
  • Avocat et conseiller politique   
  • Fraudes et blanchiment d’argent    

Impliqué dans la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, Paul Erickson était en couple, à l’époque, avec une agente dormante de la Russie, inculpée en 2018 pour conspiration afin d’infiltrer les cercles conservateurs des États-Unis. Soupçonné d’avoir favorisé les intérêts russes, il a plaidé coupable à des accusations de fraudes et blanchiment d’argent.  

Kwame Kilpatrick    

  • Ex-maire de Détroit  
  • Corruption et extorsion    

Condamné à 28 ans de prison en 2013 pour corruption et extorsion de fonds, Kwame Kilpatrick, 50 ans, avait monté un système lui permettant de soutirer, pour lui et ses alliés, des millions de dollars dans les contrats publics, à l’époque où il dirigeait la Ville de Détroit. Il en a été le plus jeune maire, à 31 ans.  

Aviem Sella    

  • Colonel à la retraite de l’armée de l’air d’Israël  
  • Coupable d’espionnage    

Condamné en 1987 pour espionnage après avoir recruté un analyste de la Marine américaine comme informateur, Aviem Sella, 75 ans, n’a jamais vu une cellule. Israël n’a jamais extradé l’homme vers les États-Unis et c’est à la demande du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu que Trump lui a pardonné.  

Sholam Weiss    

  • Homme d’affaires   
  • Fraudes    

Sholam Weiss, 66 ans, a été condamné à 845 ans de prison en 2000 pour son rôle dans de nombreuses fraudes financières estimées à plus de 400 M$ liées à la faillite de la compagnie d’assurance National Heritage Life. La peine controversée et le fait que Weiss soit malade ont influencé Trump dans la décision.  

Bob Zangrillo  

US-POLITICS-DEPARTURE-TRUMP
Photo tirée du site internet Dragon Global
  • Investisseur en commerce électronique et promoteur immobilier  
  • Accusé d’avoir versé un pot-de-vin    

Accusé dans le scandale des personnalités qui ont payé pour faire admettre leurs enfants dans de prestigieuses universités américaines, Bob Zangrillo avait plaidé non coupable. Il est le seul de la soixantaine d’accusés à avoir été pardonné.