/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Acheter une paire de jeans en plusieurs versements, un bon plan?

Acheter une paire de jeans en plusieurs versements, un bon plan?
Christine Lemus

Coup d'oeil sur cet article

Les options de modes de versements égaux font tranquillement leur apparition au Québec sur les sites transactionnels. Il est désormais possible de régler une commande de 30$ en 4 versements de 7,50 $. Oui oui. Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège de la surconsommation... et de l’endettement.

Les applications Sezzle, PayBright et Afterpay ont fait leur entrée assez récemment sur le sol québécois et on les remarque depuis peu sur les sites de plusieurs compagnies populaires comme Rudsak, Aritzia et Samsung, Leur offre : payez votre commande en quatre versements égaux sans intérêts. 

On peut d’abord y voir une occasion d’étaler son paiement sans prise de risque, mais la tactique commerciale inquiète les experts, puisqu’elle incite au crédit et à la dépense.

Comment ça marche?  

Comme la plupart des applications utilisent le même modèle d’affaires (ou très semblable), utilisons l’exemple de Sezzle pour l’exercice. 

Au moment de procéder à un achat en ligne sur l’une des quelque 24 000 entreprises participantes, il suffit de sélectionner l’option de paiement Sezzle et le montant de votre achat est réparti en 4 paiements égaux échelonnés sur une période de 6 semaines. Pas besoin de rappel, le montant est automatiquement prélevé sur une carte de débit (oui!) ou de crédit. 

Et les frais?  

Sezzle, PayBright et Afterpay promettent aucun frais, aucun intérêts et aucun impact sur la cote de crédit. Est-ce vraiement le cas?

Du côté d’Afterpay, on nous confirme qu’il n’y a aucun frais ou intérêts, même si le paiement est en souffrance. Par contre, s’il est impossible pour l’acheteur de rembourser comme convenu, le compte pourrait être bloqué. Selon l’entreprise, cette mesure vise à empêcher les utilisateurs tomber dans l’endettement.

Quant à Sezzle, on spécifie dans les termes et conditions que l’entreprise a droit « de tenter de recouvrer toute partie impayée du montant total des paiements, ainsi que les termes dont vous avez convenu ou frais supplémentaires encourus ». Impossible cependant d’obtenir une réponse plus claire de leur part.

Même scénario pour Paybright qui ne divulgue aucune information sur de potentiels frais. Par contre, on spécifie qu’il faut détenir un «dossier de crédit acceptable» pour utiliser les services.

Acheter une paire de jeans en plusieurs versements, un bon plan?
Photo Adobe Stock

Payez moins, achetez plus  

Devant la nouvelle tendance, Option consommateurs et l’Office de la protection du consommateur sont très prudents.

« Tout ce que nous pouvons dire c'est que ces sites nous inquiètent puisqu'il s'agit une fois de plus d'une incitation au crédit, qui pourrait faciliter les achats impulsifs », laisse savoir Option consommateurs.

Du côté de l’Office de la protection du consommateur, on indique qu’« il convient de recommander la prudence aux consommateurs qui sont tentés par ce genre d’offre, notamment surveiller les frais qui pourraient être imposés. »

Il faut rester sur ses gardes avec ces options de paiements flexible qui incitent à la dépense, prévient Jacinthe Cloutier, Professeure adjointe en Sciences de la consommation à l’Université Laval.

« En ayant de plus petits paiements, cela donne l’impression que le produit n’est pas cher et on tombe davantage dans l’impulsivité, on pense moins à ce dont on a vraiment besoin, mais davantage à ce dont on a envie. Malheureusement, envie et besoin sont souvent confondus! »

Ainsi, la perception d’un prix moins élevé donne l’impression d’avoir un meilleur pouvoir d’achat, ce qui peut nous pousser à dépenser plus que notre capacité réelle, toujours selon Jacinthe Cloutier. 

« Il a été constaté que les paiements en retard ont augmenté avec l’usage de ces technologies. Peu importe les technologies et les facilités de paiement, il faut toujours revenir à la base : Ai-je besoin de ceci? Ai-je la capacité financière de le payer? Ce sont ces notions qui sont importantes », conclut la professeure adjointe.

Populaires chez les jeunes  

Bien que récentes, ces options de paiement flexible sont déjà très populaires aux États-Unis, où on compte plusieurs dizaines de millions de membres actifs. 

Cette nouvelle option de paiement est particulièrement intéressante pour les jeunes consommateurs qui ont une aversion pour les cartes de crédit, selon Afterpay.

L’entreprise voit plus de 90% de sa base d'utilisateurs - dont la majorité sont des millénariaux et génération Z - faire des achats par débit avec leur propre argent.

Une étude américaine réalisée par le Center for Generational Kinetics, qui se penche sur les habitudes des millénariaux, remarque que l’intérêt pour les modes à versements égaux est bien présent. 

Leur étude révèle que 81% des consommateurs seraient enclins à utiliser une application de paiements par versements égaux si l’option s’offrait à eux, et 63% des millénariaux disent trouver l’option utile. 

Alors, pourquoi ne pas profiter de l’arrivée des paiements flexibles pour faire une petite introspection sur ses habitudes d’achat? 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux