/finance/business
Navigation

Les RH, maillon crucial pour gérer le télétravail

Le fabricant d’emballages écoresponsables EcoloPharm cherche constamment à renforcer son expertise

Sandrine Milante PDG d' ÉcoloPharm
Photo Ben Pelosse Sandrine Milante, PDG d’EcoloPharm, dans son entrepôt à Chambly, en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

Une PME de Chambly devra pourvoir rapidement de nouveaux postes devenus essentiels pour son développement, notamment celui de spécialiste RH. EcoloPharm, qui fabrique des emballages en plastique écoresponsables pour l’industrie pharmaceutique, doit se préparer à gérer, dans un contexte imposé, du télétravail. 

« À cette taille, la fonction ressources humaines ne peut plus être déléguée à un responsable qui cumule d’autres tâches, explique Sandrine Milante, présidente. On a besoin d’un spécialiste qui saura s’occuper du recrutement et de la rétention, en plus de développer la marque employeur. » 

« La pandémie a mis en lumière ce besoin pour beaucoup de PME, ajoute madame Milante. Avec la moitié de nos employés en télétravail, il faut trouver des moyens de maintenir l’équipe soudée. Il nous faut également gérer l’anxiété et l’émotivité de certains face au coronavirus. Cela fait en sorte qu’aujourd’hui, les entrepreneurs agissent davantage en psychologues qu’ils ne le devraient. »

Avec les modes de travail qui se sont transformés, le besoin ne disparaîtra pas dans l’après COVID-19, selon elle. « Responsable RH, c’est un métier qui a de l’avenir. »

Marketing numérique

À court terme, EcoloPharm veut également renforcer son expertise en marketing numérique. 

« Comme entreprise qui s’est donné une mission écologique, on a renoncé à avoir des représentants sur la route. Depuis plusieurs années, on mise sur les outils technologiques pour répondre aux besoins d’information et de formation de notre clientèle. C’est vous dire qu’on était prêt pour affronter la crise sanitaire », explique Sandrine Milante. 

Il reste que les méthodes du marketing digital pour optimiser la relation client évoluent sans cesse. La PME est donc à la recherche d’une personne à la fois experte dans le domaine, mais capable de porter plusieurs chapeaux. « Ce sera là tout le défi », affirme la dirigeante qui a bon espoir de trouver la perle rare. 

Formation à l’interne

Des petits pots à onguent en plastique écoresponsable fabriqués par l’entreprise.
Photo courtoisie
Des petits pots à onguent en plastique écoresponsable fabriqués par l’entreprise.

EcoloPharm enregistre une croissance annuelle de son chiffre d’affaires de plus de 15 % depuis cinq ans, révèle Mme Milante. Elle est devenue une chef de file dans le domaine de l’écoconception de produits de plastique. Aujourd’hui, une pharmacie sur trois au Canada utilise ses solutions d’emballage, fioles, pots à onguents et piluliers, fabriqués en polypropylène, une matière 100 % recyclable. 

Pour mieux faire face à la pénurie de travailleurs, l’entreprise a pris le virage de l’usine 4.0 il y a quelques années. Malgré la bonification de ses emplois, elle peine encore à pourvoir ses postes de journalier. 

« La main-d’œuvre non spécialisée se fait toujours rare. C’est difficile surtout pour le quart de nuit », explique Mme Milante.

L’autre difficulté à laquelle elle est confrontée, c’est la rareté des diplômés en technologie de la transformation des matières plastiques qui persiste depuis plus d’une décennie. Pour y pallier, EcoloPharm a mis en place un programme de formation à l’interne qui permet aux employés d’acquérir les compétences recherchées et de gravir les échelons.

« Le plastique est un matériau mal aimé qui a toutefois son utilité, soutient Mme Milante. Pour concevoir des emballages écoresponsables, on a besoin de professionnels et de techniciens spécialisés dans le domaine qui nous permettent d’innover. »

Le secret de la rétention

Si le recrutement pose certaines difficultés, EcoloPharm n’a pas de problème de rétention. Son secret ? « On met tout en œuvre pour se doter d’une équipe de travail où il y a un bon fit, explique Mme Milante. Le profil de chaque personne est étudié en fonction de cela. »

Elle n’a aucune difficulté à travailler avec des millénariaux qui ont pourtant la réputation d’être des employés exigeants pas toujours faciles à gérer. 

« Toute mon équipe de direction est composée de millénariaux. Ces jeunes ont besoin d’une personnalisation de leur travail qui doit être en équilibre avec le rôle qu’ils veulent remplir dans la vie. C’est ce qui les fait avancer. On s’assure de leur proposer un cheminement professionnel pour les faire grandir dans l’entreprise, dit-elle. Et quand on arrive au bout du plan, il m’est arrivé d’aider des employés à trouver un emploi ailleurs. Plusieurs sont d’ailleurs revenus. »

Cette génération veut changer les façons de faire. Ça tombe bien, EcoloPharm s’est donné comme mission de transformer le monde de la pharmacie en proposant des produits innovants. Un accord parfait. 

Profil d’EcoloPharm  

  • Date de fondation : 2009 
  • Activité : conception d’emballages écoresponsables en plastique  
  • Actionnaire : Sandrine Milante (100 %) 
  • Nombre d’employés : 30