/sports/hockey
Navigation

Pierre-Olivier Joseph n’a jamais été aussi près du but

Pierre-Olivier Joseph
Photo Jean-François Desgagnés Pierre-Olivier Joseph

Coup d'oeil sur cet article

La Ligue nationale de hockey (LNH) n’a jamais été autant à la portée du Québécois Pierre-Olivier Joseph. Jeudi, il s’est entraîné sur la troisième paire de défenseurs des Penguins de Pittsburgh, et pourrait faire ses débuts aussi tôt que vendredi face aux Rangers de New York.

Bien que l’entraîneur Mike Sullivan n’a pas voulu confirmer si le jeune joueur allait être de l’alignement, plusieurs arrières réguliers devront s’absenter pour diverses raisons, ce qui ouvre la porte à Joseph.

«P-O est un bon joueur. Il s’est amélioré dans tellement d’aspects lors de la dernière année. Il est plus fort, plus rapide. Il est un bon défenseur des deux côtés de la patinoire. [...] Nous savons qu’il peut jouer à ce niveau, et il mérite beaucoup de crédit pour avoir su élever son jeu», a analysé Sullivan en visioconférence jeudi.

Joseph fait habituellement partie de l’escouade de réserve, ce qui est une belle marque de confiance pour celui qui a disputé sa première saison chez les professionnels l’an dernier avec les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton. Le joueur de 21 ans avait ensuite été invité dans la «bulle» torontoise lors des séries éliminatoires.

À l’inverse de plusieurs jeunes joueurs, le Lavallois n’est pas allé disputer des matchs en Europe à l’automne pour garder la forme. Il a plutôt choisi de rester tout près et de s’entraîner en dehors de la patinoire.

«J’ai mis l’accent sur le travail hors glace, dans le gym. J’ai eu la chance de travailler avec mon frère [le joueur du Lightning de Tampa Bay Mathieu Joseph] cet été, alors il m’a donné beaucoup de trucs, a raconté le défenseur. Le plan était de rester ici et d’être au camp le plus tôt possible. Je suis heureux de mes 10 mois, même si c’est long sans jouer de matchs.»

Joseph a disputé son dernier match le 11 mars. Avec le club-école des «Pens», il a récolté 17 points en 52 rencontres.

Un peu de stress

Même s’il en a vu d’autres, l’ancien capitaine des Islanders de Charlottetown reconnaît qu’il est un peu nerveux à l’idée de briser la glace dans la LNH. Il sait en revanche qu’il sera bien entouré si tel était le cas.

«C’est un peu stressant de penser à ça. Je sais que si je suis de l’alignement, beaucoup de gars pourront m’aider. Je sais que quand le moment viendra, ils seront là pour me soutenir. Tout le monde est déjà passé par un premier match», a-t-il souligné.

Cela inclut son frère Mathieu, que Pierre-Olivier peut rejoindre très facilement via texto ou FaceTime, a-t-il dit. Ses conseils sont les bienvenus, tout comme ceux des autres joueurs des Penguins, desquels Joseph veut tout connaître.

«Je suis très jeune, alors j’essaie d’apprendre des gars avec beaucoup d’expérience ici. [...] Je regarde autour, j’essaie d’apprendre de chaque joueur parce qu’ils ont tous leurs expériences particulières. C’est génial d’avoir un aussi bon groupe ici», a-t-il admis.