/finance/business
Navigation

Plus de 104 millions $ aux hôteliers

Le Groupe Germain est le plus important bénéficiaire du programme PACTE

Quebec
Photo d’archives, Stevens Leblanc L’Hôtel Alt Québec fait partie des 18 établissements du Groupe Germain, qui est le plus important bénéficiaire du programme PACTE mis en place par Québec dans la foulée de la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

Durement touchés par la crise sanitaire, les hôtels ont reçu plus de 100 millions $ en aide financière de Québec depuis le début de la pandémie.

À la fin novembre, près d’une centaine d’entreprises hôtelières avaient reçu du ministère de l’Économie plus de 104 millions de dollars en garanties de prêts dans le cadre du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE).

L’industrie hôtelière a ainsi reçu près de 18 % des quelque 595 millions de dollars en aide attribués par le PACTE en date du 30 novembre, indique une compilation effectuée par Le Journal.

L’entreprise qui a reçu le soutien le plus important est le Groupe Germain de Québec. Avec sa filiale Alt, Germain a eu droit à des garanties de prêts totalisant 38,3 millions de dollars. Ces garanties couvrent des prêts déjà existants, a précisé hier au Journal Christiane Germain, coprésidente de l’entreprise.

Pour sa part, le Groupe Lixi de Montréal, qui exploite cinq hôtels Super 8 dans quatre régions, le Days Inn Montréal-Trudeau et le Marriott Courtyard de Québec, a reçu plus de 6,6 millions de dollars dans le cadre du PACTE.

À l’instar des autres entreprises dont les revenus ont reculé considérablement, les hôtels ont également droit à la Subvention salariale d’urgence du Canada.

Bref répit estival

Si l’industrie a eu un bref répit cet été, la situation est de nouveau difficile depuis l’automne, a rappelé hier Nicolas Dufour, porte-parole de l’Association Hôtellerie Québec.

« Même s’il y a eu de bons taux d’occupation pour certains hôtels en juillet et en août, ça couvrait à peine les pertes qui avaient été subies au début de la pandémie », a-t-il expliqué.

« C’est dur, c’est très dur. Ça prend un moral d’acier et il faut avoir confiance », a exprimé quant à elle Mme Germain. Ses 18 hôtels répartis à travers le Canada affichent actuellement un taux d’occupation global de moins de 20 %, a-t-elle indiqué.

Plus d’appui nécessaire

Christiane Germain espère qu’un semblant de normalité reviendra cet été. D’ici là, l’industrie aura besoin d’un nouveau coup de pouce de l’État, selon elle.

« Les mesures que nous avons actuellement, c’est correct, merci, mais c’est sûr que ça ne sera pas suffisant pour le temps qu’il nous reste à faire », a soutenu l’entrepreneure.

« On espère qu’à un moment donné, il va y avoir des sommes d’argent qui vont s’exprimer sous d’autres façons que des prêts », a-t-elle ajouté en notant que bon nombre d’entreprises hôtelières sont déjà lourdement endettées.

La crise a entraîné des milliers de mises à pied dans l’industrie. En décembre, le nombre de travailleurs dans les secteurs québécois de la restauration et de l’hôtellerie demeurait de 25 % inférieur à ce qu’il était un an plus tôt, d’après l’Institut de la statistique. 

Principaux bénéficiaires du PACTE

  • Groupe Germain: 38,3 M$
  • Telecon : 36,6 M $
  • Groupe Sélection : 35 M$
  • Uni-Sélect : 34,5 M$
  • E. Gagnon et Fils : 24,5 M$
  • La Vie en Rose : 21 M$
  • Joseph Ribkoff : 14 M$ 
  • Pélican International : 14 M$ 
  • Kraft Nordic: 11,8 M$
  • Lion Électrique: 10,4 M$