/news/politics
Navigation

Saint-Jérôme: Stéphane Maher n’est plus le maire

GEN - STÉPHANE MAHER MAIRE VERDICT
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Condamné l’automne dernier pour des manœuvres électorales frauduleuses, Stéphane Maher n’est plus maire de Saint-Jérôme, dans les Laurentides.

• À lire aussi: Une ancienne tutrice de Laval mandatée pour Saint-Jérôme

• À lire aussi: Le maire de Saint-Jérôme coupable

M. Maher n’a pas fait appel de la décision rendue contre lui le 30 novembre par la Commission municipale du Québec (CMQ), comme il en avait le droit.

«Je vous informe que la Commission a constaté, le 21 janvier 2021, que le mandat de M. Maher, maire de la Ville de Saint-Jérôme, a pris fin le 31 décembre 2020, et ceci en vertu du troisième alinéa de l’article 318 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités», a confirmé par courriel Isabelle Rivoal, porte-parole de la Direction de la gouvernance et de l’amélioration continue de la CMQ.

À la suite de la médiatisation de la décision de la CMQ vendredi, M. Maher dispose toutefois d’un délai de 10 jours pour la contester, soit jusqu’au 1er février. On ne sait pas ce qu’il entend faire.

«Le poste de maire de la Ville de Saint-Jérôme serait donc vacant à compter du 2 février prochain» si M. Maher ne conteste pas la décision de la CMQ, a expliqué par courriel Valérie Sauvé, directrice du service des communications de la Ville de Saint-Jérôme.

C’est le conseil municipal, selon Mme Sauvé, qui devra statuer si des élections complémentaires vont être déclenchées avant celles qui sont prévues pour l’ensemble des municipalités l’automne prochain. Une séance extraordinaire du conseil municipal pourrait être tenue pour statuer sur la suite des choses.

La condamnation de Stéphane Maher pour des manœuvres électorales frauduleuses est liée au scrutin municipal de 2017. L’ex-conseiller municipal Mario Fauteux avait porté plainte auprès du Directeur général des élections du Québec après s’être fait offrir à l’époque un poste de prestige par le maire Maher en échange de son engagement à quitter la politique.