/news/coronavirus
Navigation

Colchicine contre la COVID-19: «Il fallait alerter la planète rapidement»

Coup d'oeil sur cet article

Les chercheurs à l’origine de l’étude de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM) sur la colchicine tenaient à partager rapidement leurs résultats, qui ont montré que ce médicament réduirait de manière importante les risques de complications à la COVID-19.

• À lire aussi: Un premier médicament oral efficace contre la COVID-19, selon l’Institut de cardiologie de Montréal

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

«En fait, on a les résultats depuis moins de 24 heures. Donc c’est extrêmement inhabituel de communiquer si rapidement, mais pour nous, c’était suffisamment important pour alerter la planète rapidement», a expliqué le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l’ICM, en entrevue à LCN.

Comme le médicament est déjà disponible en pharmacie, il n’a pas besoin d’être homologué ou d’avoir une autorisation avant d’être prescrit par les médecins.

«Les médecins peuvent se mettre à le prescrire», a confirmé le Dr Tardif.

Les résultats ayant été dévoilés il y a moins de 24 heures, la documentation complète n’est pas encore disponible, mais le directeur du centre de recherche assure que le maximum d’informations sera rendu public le plus rapidement possible.

  • Écoutez l'entrevue du Dr Jean-Claude Tardif, chercheur principal de l’étude COLCORONA, à QUB radio: 

D’ailleurs, le Dr Tardif a affirmé que des discussions ont présentement lieu avec le gouvernement pour accélérer le processus.

«Hier soir, on a eu une discussion détaillée avec plusieurs membres du gouvernement du Québec justement pour les informer. On va être en communication tout le week-end pour ne pas qu’on ait à attendre la publication complète avant que les médecins puissent l’utiliser», a-t-il déclaré.

Le Dr Tardif a bon espoir que la communauté scientifique recommandera rapidement l’utilisation de la colchicine pour traiter les patients atteints de la COVID-19.

«Pour citer les membres du comité de sécurité de l’étude, qui est un groupe international, je leur ai posé la question hier soir à tous ceux qui ont vu toutes les données et 100% des membres ont dit que s’ils avaient la COVID, ils la prendraient la colchicine», a-t-il rapporté.

Selon l’étude publiée vendredi soir, la colchicine, un anti-inflammatoire habituellement utilisé pour traiter la goutte, prévient les complications et réduit les risques d’hospitalisation et de mort de 21 % par rapport à un placebo.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres