/sports/football
Navigation

Finale de la Conférence américaine: une rivalité naissante entre les Bills et les Chiefs

Les Chiefs et les Bills se sont affrontés plus tôt cette saison en octobre, alors que la bande de Patrick Mahomes l'avait emporté 26-17 à Buffalo.
Photo d'archives, AFP Les Chiefs et les Bills se sont affrontés plus tôt cette saison en octobre, alors que la bande de Patrick Mahomes l'avait emporté 26-17 à Buffalo.

Coup d'oeil sur cet article

La vie change vite dans la NFL, mais de la façon dont sont construits les Bills et les Chiefs, il y a lieu de croire que ces deux équipes n’en sont clairement pas à leur dernier duel au sommet.

Dans les années 2000, ce sont les Patriots et les Colts qui ont offert des chocs mémorables dans la Conférence américaine.    

  • Écoutez le balado La Zone payante ci-dessous:   

Dans les années 1990, comment oublier la rivalité au sommet dans la Conférence nationale qui se jouait entre les puissants Cowboys et 49ers?

Il est bien tôt pour se prononcer, mais il est loin d’être impossible que les prochaines années de la décennie 2020 soient marquées par des confrontations classiques entre les Bills et les Chiefs.

Les deux équipes misent sur deux des jeunes quarts-arrières les plus spectaculaires de la ligue. En toute logique, ce sera le cas pour les prochaines années aussi. Il n’y a aucun doute que dans la Conférence américaine, ce duel entre Bills et Chiefs semblait tout désigné pour la finale depuis plusieurs semaines déjà. 

Josh Allen entouré de quelques-uns de ses coéquipiers à l'attaque des Bills.
Photo d'archives, AFP
Josh Allen entouré de quelques-uns de ses coéquipiers à l'attaque des Bills.

Les amateurs auront clairement droit aux deux meilleures équipes dans la conférence. Allen et Mahomes, prochaine grande rivalité de quarts-arrières? Il y aura beaucoup de preneurs!

Force contre force

Même si les Bills ont marqué plus de points que les Chiefs cette saison, pas une équipe n’a accumulé plus de gains que les Chiefs, particulièrement par la passe. 

Évidemment, les Chiefs se spécialisent dans les jeux explosifs. Pas une équipe n’est plus dangereuse sur le long jeu. Sauf que défensivement, les Bills n’ont concédé que 44 passes de 20 verges ou plus, ce qui leur a valu le sixième rang à ce chapitre.

Travis Kelce
Photo d'archives, AFP
Travis Kelce

Les Bills, c’est le classique de la défensive qui donne parfois des verges, mais pas tant de points. Puisque les Chiefs risquent de ne pas pouvoir multiplier les longs jeux aux dépens des Bills, ils devront profiter de leurs occasions dans la zone payante. C’est étrangement une dimension où leur attaque a éprouvé des ennuis cette saison. 

De leur côté, à l’attaque, les Bills préconisent régulièrement le «play action», quand Josh Allen feint de remettre le ballon à son porteur pour ensuite décocher une passe. Sauf que les Chiefs sont très avares dans ce genre de situation.

Plus de courses?

La meilleure façon de faire mal aux Chiefs, c’est par la course. Leur défensive concède 4,5 verges par portée. Sauf que le porteur des Bills, Devin Singletary, semble être devenu une arrière-pensée dans le plan de match offensif des Bills, avec 38 courses à ses six derniers matchs. 

À l’inverse, les Chiefs peuvent courir, même si ce n’est pas leur tasse de thé. Ils ont d’ailleurs piétiné les Bills avec 245 verges au sol lors de leur duel plus tôt cette saison. Il faut dire que les Bills invitaient pratiquement les Chiefs à courir, avec une utilisation massive de demis défensifs pour se préparer à contrer la passe. 

Même si Clyde Edwards-Helaire doit s’absenter, Darrel Williams peut faire un travail honnête, comme il l’a fait face aux Browns dimanche dernier. Les Chiefs, malgré leur caractère explosif, ont davantage la capacité de contrôler le tempo.

Darrel Williams
Photo d'archives, AFP
Darrel Williams

En fin de compte, malgré tous les X et les O imaginables, ce match risque de se décider par le jeu des deux quarts-arrières. C’est cliché, mais c’est tout à fait le cas.

En Allen et Mahomes, la finale de l’AFC opposera deux des rares quarts à travers la ligue qui sont capables de transformer un match en une bombe, en une improvisation exaltante, en une passe dans une fenêtre ridicule, que personne d’autre ne tenterait. Dans ce style, l’expérience de Mahomes dans les grands moments ne s’achète pas.

Les deux formations sont superbement construites, très bien dirigées et plutôt jeunes. Du football entre les Bills et les Chiefs en janvier pour les années à venir? Où est-ce qu’on signe?   

  • PRÉDICTIONS: Bills 23 CHIEFS 27  
  • PRÉDICTIONS EN SÉRIES: 7 en 10 (70%)  
  • TOTAL CETTE SAISON: 182 en 266 (68,4%)    

SAVIEZ-VOUS QUE...  

BILLS

L'entraîneur-chef des Bills de Buffalo, Sean McDermott
Photo AFP
L'entraîneur-chef des Bills de Buffalo, Sean McDermott
  • Josh Allen a terminé la campagne avec un sommet personnel de 37 passes de touché. Pour la première fois de l’histoire, les quatre quarts-arrières partants dans les deux finales de conférence ont lancé au moins 35 passes de touché.   
  • Le receveur Stefon Diggs a terminé au premier rang dans la NFL pour les réceptions et les verges gagnées, en plus d’avoir été le plus ciblé. C’est la première fois qu’un receveur domine ces trois catégories à sa première année avec une nouvelle équipe.   
  • Comme entraîneur-chef, Sean McDermott participera à sa première finale de conférence. Comme assistant auparavant avec les Eagles et les Panthers, il a pris part à cinq finales de conférence et à deux Super Bowl.      

CHIEFS

L'entraîneur-chef des Chiefs de Kansas City, Andy Reid
Photo AFP
L'entraîneur-chef des Chiefs de Kansas City, Andy Reid
  • L’entraîneur-chef Andy Reid en sera à une huitième présence dans un match de finale de conférence. Il est le seul à avoir amené deux équipes différentes, les Chiefs et les Eagles, dans trois finales de suite.   
  • Si les Chiefs l’emportent, Patrick Mahomes deviendrait le plus jeune quart-arrière de l’histoire à prendre part à un deuxième Super Bowl, à 25 ans et 143 jours. La marque appartient à Russell Wilson (26 ans et 64 jours).   
  • Travis Kelce compte sept touchés en carrière en séries. Le seul ailier rapproché qui le devance dans l’histoire est Rob Gronkowski, avec 12.   

CINQ DUELS À SURVEILLER 

Stefon Diggs contre Charvarius Ward 

L’attaque aérienne des Bills continue de passer par Stefon Diggs. Le receveur a gagné plus de 100 verges et a inscrit un touché à chacun de ses deux premiers matchs éliminatoires. Il a d’ailleurs franchi le plateau des 100 verges de gains dans cinq de ses six derniers matchs et personne ne semble en mesure de le freiner. Charvarius Ward est un demi de coin qui tire son épingle du jeu, sans être dominant. C’est un aspect que les Bills pourraient exploiter. Les Chiefs pourraient plutôt opter pour déployer la recrue L’Jarius Sneed dans les pattes de Diggs. Sneed a progressé tout au long de la saison. 

Matt Milano contre Travis Kelce 

Il est toujours hasardeux de tenter de deviner qui sera affecté en couverture de passe face à un ailier rapproché de la trempe de Travis Kelce. Les secondeurs adverses sont généralement mal équipés pour rivaliser avec le meilleur de la ligue à sa position, mais les Bills misent sur un bon tandem en Matt Milano et Tremaine Edmunds. Edmunds est le général de la défensive, mais Milano est plutôt solide en couverture. Les maraudeurs Micah Hyde et Jordan Poyer le sont aussi. Les Bills ont éprouvé des ennuis cette saison face aux ailiers approchés, accordant 1157 verges et neuf touchés, dont deux de Kelce à la semaine 6. 

Josh Allen contre Chris Jones 

Le quart-arrière des Bills Josh Allen devra constamment être aux aguets par rapport au plaqueur défensif Chris Jones. Dans la défensive des Chiefs, il est sans contredit le joueur capable de causer le plus de pression et de ravages. Jones s’est classé quatrième dans la ligue en frappant les quarts adverses à 28 reprises. Il pourrait faire des dégâts face aux gardes des Bills, qui ne sont pas aussi solides que ceux des Browns dimanche dernier. Le centre Mitch Morse fera aussi face à son ancien coéquipier. Jones devra briser la pochette pour nuire à la vision de Josh Allen. 

Jerry Hughes contre Patrick Mahomes 

Il y a lieu de croire que Patrick Mahomes, ennuyé par une blessure à un orteil, ne sera pas une menace avec ses jambes. Les quelques courses tentées face aux Browns après sa blessure semblaient pénibles. Il risque donc d’être moins mobile qu’à l’habitude dans sa pochette protectrice et si c’est le cas, le vétéran ailier défensif Jerry Hughes pourrait être productif, surtout en l’absence du bloqueur des Chiefs Mitchell Schwartz. Hughes a enregistré deux des quatre sacs des Bills en séries. Avec 38 sacs cette saison, les Bills ne sont qu’en milieu de peloton et devront déranger Mahomes. 

Tre’Davious White contre Tyreek Hill 

La menace du gros jeu chez les Chiefs vient de partout, mais avant tout de Tyreek Hill. L’explosif receveur a réalisé 21 jeux de 50 verges ou plus dans les cinq dernières années, un sommet dans la NFL. Les Chiefs aiment l’aligner autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Quand il sera à l’extérieur, il fera face à l’excellent demi de coin Tre’Davious White. À l’intérieur, c’est Taron Johnson, auteur d’une interception clé samedi dernier, qui pourrait l’affronter. Les Bills ont excellé cette saison pour limiter les longs jeux.