/sports/hockey
Navigation

Pierre-Luc Dubois échangé: «Un gars qui veut jouer au hockey pour les bonnes raisons» – Joël Bouchard

SPO -  ROCKET DE LAVAL ENTRAINEMENT
Photo d'archives MARTIN ALARIE Joël Bouchard

Coup d'oeil sur cet article

Au moment de protéger ses ouailles, il est difficile de trouver mieux comme entraîneur que Joël Bouchard. Actuellement à la barre du Rocket de Laval, celui-ci n’a pas hésité à vanter les mérites du Québécois Pierre-Luc Dubois après cette tempête l’ayant fait passer des Blue Jackets de Columbus aux Jets de Winnipeg samedi.

• À lire aussi: Pierre-Luc Dubois s'en va à Winnipeg

«Ce n’est pas un joueur de notre organisation et ce n’est pas un gars qui a été échangé au Canadien. Ceci étant dit, les gars qui ont joué pour moi seront toujours mes boys, même s’ils jouent ailleurs», a d’abord indiqué Bouchard, qui a dirigé Dubois avec l’Armada de Blainville-Boisbriand en 2016-2017.

«La situation n’a pas été facile et je ne peux pas parler de ce qui s’est passé à Columbus, je n’étais pas là et ça ne me regarde pas, a ajouté Bouchard, questionné à ce sujet durant une vidéoconférence en marge du camp d’entraînement du Rocket. Ce que je peux dire, par exemple, c’est que Pierre-Luc est un passionné, c’est un gars qui veut jouer au hockey pour les bonnes raisons. Il aime la compétition. Il est hargneux, il veut beaucoup.»

«C’est un jeune joueur avec beaucoup de potentiel, a-t-il poursuivi. C’est un gars qui a le sang chaud et qui est capable de donner des belles performances à cause de ça.»

Garder contact

Sagement, Bouchard ne s’est pas avancé au sujet de l’entraîneur-chef des Blue Jackets, John Tortorella, et de sa façon de faire.

«Parfois, une situation ne fonctionne pas quelque part, mais ça ne veut pas dire que ça ne fonctionnera pas ailleurs, a simplement noté l’entraîneur québécois. Moi, Pierre-Luc, je l’adore à tous les niveaux. C’est un kid que j’aime beaucoup et il sait que je serai toujours là pour lui.»

Du même souffle, Bouchard a rappelé que tous ses anciens joueurs, que ce soit Dubois ou quiconque, peuvent toujours lui téléphoner ou le texter, et ce, a-t-il dit, «24 heures sur 24».

«Ce n’est pas différent pour Pierre-Luc, on se parle encore, on se texte parce que c’est un jeune homme que j’apprécie énormément», a précisé Bouchard.

Sans avoir peur de se tromper, on peut conclure que Joël Bouchard aurait assurément aimé, comme plusieurs partisans, voir Dubois être échangé à Montréal plutôt qu'à Winnipeg.

Le camp d’entraînement du Rocket de Laval a pris son envol cette semaine, au Centre Bell, en présence de 32 joueurs. La saison régulière doit se mettre en branle le 5 février dans la Ligue américaine.