/sports/football
Navigation

Divorce entre les Packers et Aaron Rodgers?

Le quart-arrière Aaron Rodgers
Photo AFP Le quart-arrière Aaron Rodgers

Coup d'oeil sur cet article

Le quart-arrière Aaron Rodgers a laissé sous-entendre que son association avec les Packers de Green Bay pourrait se terminer prochainement.

Dimanche, la formation du Wisconsin a vu sa saison 2020 prendre fin dans un revers de 31 à 26 face aux Buccaneers de Tampa Bay en finale de l’Association nationale.

«Je ne le sais pas», a-t-il répondu à un journaliste qui le questionnait sur son futur avec l’organisation qui l’a sélectionné en première ronde (24e au total) du repêchage de 2005.

«Je ne le sais vraiment pas. Il y a beaucoup d’inconnu par rapport à la prochaine saison morte. Je vais devoir prendre du temps, me libérer l’esprit et voir ce qui se déroulera. C’est difficile en ce moment, spécifiquement quand je pense aux gars qui seront là ou pas là l’an prochain. Cela fait que la finalité de tout cela me frappe comme une tonne de briques.»

À plusieurs reprises dans son point de presse, Rodgers a dit le mot «finalité» et a même dit que son futur était «incertain».

En 2020, le pivot de 37 ans a connu une brillante saison. En 16 parties, il a complété 70,7% des passes qu’il a tentées pour 4299 verges et 48 touchés. Son nom est d’ailleurs souvent évoqué dans les discussions concernant le titre de joueur par excellence de la NFL.

Par ailleurs, il reste encore deux ans au contrat du produit de l’Université de la Californie. Il avait signé une entente de quatre ans d’une valeur de 134 M$ en 2018.

En avril dernier, les Packers ont surpris tout le monde, dont Rodgers, en sélectionnant le quart-arrière Jordan Love avec leur choix de première ronde.

Matt LaFleur a des regrets

Si c’était à refaire, l’entraîneur-chef des Packers de Green Bay, Matt LaFleur, aurait fait les choses différemment lors du quatrième quart de la finale de l’Association nationale, dimanche.

Avec un peu plus de deux minutes à faire au match, sa formation se trouvait en position de quatrième essai et les buts. S’ils avaient inscrit un touché et réussi un converti de deux points, les Packers auraient nivelé la marque dans leur affrontement contre les Buccaneers de Tampa Bay.

À la place, LaFleur a choisi d’envoyer son botteur sur le terrain pour un placement, qu’il a réussi.

Le club du Wisconsin n’a pas récupéré le ballon par la suite et les «Bucs» l’ont emporté 31 à 26.

«Chaque fois que ça ne fonctionne pas, tu le regrettes toujours, non?», a affirmé le pilote, lors de sa conférence de presse d’après-match.

«Après avoir eu trois chances, aucun gain, en sachant que nous avions besoin d’un majeur et d’un converti de deux points... chaque fois que quelque chose ne fonctionne pas, le regrettez-vous? Bien sûr.»

De son côté, le quart-arrière Aaron Rodgers a indiqué qu’il comprenait ce que son entraîneur tentait de faire avec ce choix.

«Ce n’était pas ma décision, mais je comprends sa logique», a-t-il dit.

«Je pensais que nous aurions quatre chances de réussir», a ajouté le vétéran de 37 ans.