/sports/huntfish
Navigation

Plus de la moitié des décès en motoneige attribués à l’alcool et la drogue

xxxx
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les appels à la prudence se multiplient depuis le début de la saison de motoneige, et un rapport de Statistique Canada publié vendredi abonde dans ce sens, alors que 73 décès en moyenne sont attribués à cette activité chaque année dans le pays. 

Les hommes ont été les premières victimes des accidents en motoneige entre 2013 et 2019, représentant près de 89% des décès, a indiqué ce rapport réalisé en collaboration avec la Base canadienne de données des coroners et des médecins légistes et la Base canadienne de données de l’état civil.

En ce qui concerne les causes, plus de la moitié (55%) des décès en motoneige ont été imputés à la consommation d’alcool ou de drogue.

La vitesse excessive (48%) et la conduite en soirée ou la nuit (46%) sont deux autres facteurs majeurs observés lors de ces tragédies.

Par ailleurs, huit accidents de motoneige sur dix n’ont impliqué qu’un seul véhicule, et la majorité d’entre eux (70%) étaient attribuables à une collision avec un objet stationnaire, une éjection ou un tonneau, alors que la submersion constitue 14% des décès.

Le rapport a également révélé qu’au moins 12% des personnes décédées dans ce type d’accident ne portaient pas de casque.

Afin de réduire les risques lors des sorties en motoneige, Statistique Canada a tenu à rappeler quelques consignes de sécurité, telles que de «ne pas conduire en état d’ébriété; se déplacer à une vitesse sécuritaire; porter un casque; porter des vêtements appropriés pour la température; transporter de l’équipement de sécurité approprié pour l’environnement; se déplacer en groupe; éviter de faire de la motoneige sur la glace ou dans des endroits où il y a des risques d’avalanche.»