/opinion/columnists
Navigation

Trump, bon débarras!

Coup d'oeil sur cet article

À quelques jours de la fin du règne d’un président dont la logique s’apparente à celles de leaders autoritaires, ce qui paraît incroyable pour un régime démocratique comme les États-Unis, la planète retient son souffle.

En plus de laisser derrière lui un Parti républicain divisé – de nombreux experts parlent même d’une possible scission –, Donald Trump laisse dans son sillage un peuple déchiré. Puis, la menace envers la démocratie continue d’ébranler le monde entier. 

Après l’assaut mortel sur le Capitole, le FBI craint de nouveaux soulèvements des supporteurs de Donald Trump.  

Encouragés par leur idole, qui refuse d’admettre sa défaite, ces illuminés pourraient en effet récidiver par des actions violentes. 

Forte méfiance 

Même si le règne de Trump sera bel et bien révolu, il subsiste dans ce pays une forte méfiance envers le système électoral, comme le relate dans un balado fort instructif le professeur Frédérick Gagnon, de l’UQÀM.  

En effet, selon un sondage Reuters-IPSOS, pas moins de 39 % des Américains sont totalement ou en partie d’accord que l’élection de 2020 aurait été truquée, rappelle le titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et directeur de l’Observatoire sur les États-Unis. Cette méfiance «caractérise maintenant la vie politique américaine et ça montre qu’il y a en fait beaucoup de gens qui ne reconnaissent pas la légitimité de Joe Biden [...]», explique M. Gagnon. 

Rien d’acquis 

Il y a de quoi désillusionner ceux qui croyaient que la démocratie était acquise aux États-Unis.  

L’expert note que plusieurs experts avaient vu venir ce genre de glissement. La fin d’une démocratie débute par l’affaiblissement lent et constant de diverses institutions, telles que judiciaires et médiatiques, en plus de l’érosion progressive des normes politiques établies de longue date. C’est ce à quoi on assiste aux États-Unis. 

L’arrivée de Joe Biden permettra au monde de reprendre son souffle. Mais il ne faudra plus rien tenir pour acquis pour la suite.