/entertainment/tv
Navigation

Une première télé en inuktitut

Les défis qui attendent Uvagut TV sont énormes

Uvagut TV
Photo courtoisie, Mark Aspland and Frederick Kroetsch L’animatrice Rita Claire anime Anaana's Tent, l’une des émissions sur Uvagut TV.

Coup d'oeil sur cet article

La première chaîne télé en langue inuite au Canada est entrée en ondes lundi dernier. Son arrivée n’est pas banale, particulièrement en 2021, alors qu’on parle de plus en plus de représentativité et d’enjeux autochtones. Mais un défi de taille l’attend : la rentabilité.

Baptisé Uvagut TV, « Notre télévision », ce réseau livre des émissions jeunesse, des rendez-vous culturels, des longs métrages ou encore des bulletins de nouvelles aux communautés nordiques. Le tout, en inuktitut.

En entrevue au Journal, la réalisatrice et productrice Marie-Hélène Cousineau, qui s’intéresse aux réalités du Nord depuis une trentaine d’années, qualifie l’apparition d’Uvagut TV de « moment historique ».

« Pour les Inuits, c’est une grande victoire, c’est une fierté », déclare-t-elle. 

Pour préserver la culture

La culture inuite étant une culture de tradition orale, la naissance d’Uvagut TV agira comme « un puissant moyen » pour conserver cette langue vivante, particulièrement auprès des jeunes qui sont très influencés par l’anglais, souligne Lucy Tulugarjuk, présidente et directrice générale de Nunavut Independant Television, le média derrière Uvagut TV avec Isuma TV. Elle affirme qu’Uvagut TV augmente de 500 % le volume des émissions en langue autochtone au pays. Jusqu’ici, les seules qui étaient offertes venaient d’APTN (Aboriginal Peoples Television Network), qui diffuse majoritairement en anglais depuis 1992.

« Il y a des centaines de chaînes télé dans le Nord, et aucune d’entre elles n’est dans notre langue, souligne Lucy Tulugarjuk. APTN propose cinq heures et demie en inuktitut par semaine. Avec Uvagut TV, c’est 168 heures. C’est énorme. »

Les autochtones pourront « se voir et s’entendre à l’écran » en syntonisant Uvagut TV, insiste Marie-Hélène Cousineau.

« La diversité, ce n’est pas seulement de parler des autres ; c’est d’écouter les autres parler d’eux-mêmes. C’est leur donner la parole. Qu’est-ce qu’ils ont à dire ? » commente-t-elle.

Un enjeu majeur

Uvagut TV est offerte aux abonnés des forfaits satellites de Shaw Direct ainsi qu’aux clients du réseau câblé d’Arctic Co-Ops. Uvagut TV est également disponible en ligne, mais comme l’indique Marie-Hélène Cousineau, l’internet est tellement lent et cher dans le Nord qu’elle doit rester une chaîne conventionnelle si elle souhaite rejoindre la bonne clientèle.

Le défi financier s’annonce important.

« Nous avons lancé la chaîne sans source de financement extérieure, explique Lucy Tulugarjuk. Tous nos fournisseurs de contenus ont accepté de reporter leurs droits de licence pour qu’on puisse mettre la chaîne en ondes. Maintenant qu’elle est lancée, nous devons trouver une façon d’assurer sa rentabilité à long terme. »