/entertainment/tv
Navigation

Retour réussi pour Les beaux malaises

La suite de la série humoristique comblera les attentes, pourtant élevées

LBM-5
Photo courtoisie, Véro Boncompagni Martin Matte et Laurence Lebœuf partagent des scènes que vous n’êtes pas près d’oublier dans Les beaux malaises 2.0.

Coup d'oeil sur cet article

Ceux qui craignaient qu’en raison des récentes dérives du politiquement correct, Martin Matte nous offre une suite édulcorée des Beaux malaises peuvent souffler. La populaire comédie est toujours aussi grinçante... et peut-être même plus drôle qu’avant.

Vous constaterez que Matte n’a pas perdu son penchant pour l’humour grinçant, mercredi soir, quand TVA diffusera le premier d’une série de 10 épisodes inédits. Épisode qui sera précédé – avec raison – d’un avertissement pour scènes « pouvant offenser certains téléspectateurs ».

Celles avec Sacha, une jeune professionnelle aux pratiques sexuelles singulières avec laquelle Martin décide de s’envoyer en l’air, justifient amplement cette mise en garde. Elles sont hilarantes, mais disons qu’elles emploient un langage qui risque de surprendre les habitués de Caméra café.

Avec Laurence Lebœuf

Détail à signaler, c’est Laurence Lebœuf, la véritable amoureuse de Martin Matte, qui incarne Sacha. Voilà pourquoi vous verrez de langoureux baisers en pleine pandémie de COVID-19. Quand deux comédiens habitent sous le même toit, pas besoin de respecter la distanciation physique.

L’idée de recruter Laurence Lebœuf pour tourner ces séquences revient au réalisateur Robin Aubert (qui succède à Francis Leclerc), a souligné Martin Matte lundi, lors d’un point de presse virtuel. Aubert a offert le rôle à l’actrice sans en parler à Matte, reconnu pour protéger jalousement sa vie privée.

Son instinct était bon. Le résultat est fantastique.

  • Écoutez la chronique culturelle d’Anaïs Guertain-Lacroix à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

Encore plus touchant

Les beaux malaises n’est pas qu’une série qui provoque d’énormes éclats de rire et quelques « Ben non ! » bien sentis.

Le deuxième épisode, qui raconte comment la relation entre Martin et Julie (parfaite Julie Le Breton) s’est détériorée au point d’atteindre le point de rupture, et comment ils l’annoncent à leurs enfants (interprétés avec justesse par Émilie Bierre et Édouard Tremblay-Grenier) comporte plusieurs moments particulièrement poignants. Ces séquences montrent non seulement comment Martin Matte a grandi en tant qu’auteur, mais en tant qu’acteur dramatique.

Robin Aubert a raison d’avoir été « extrêmement impressionné » du niveau de jeu du stand-up comique. Nous l’avons également été en regardant les trois épisodes mis à notre disposition.

Il faut dire que Martin Matte est allé puiser dans des émotions qu’il avait récemment vécues puisqu’en 2017, il s’est aussi séparé après 30 ans de vie commune.

Même recette

Mises en abîme à répétition, Martin qui tente d’accrocher un cadre au mur, discussions au tennis avec Patrice Robitaille et Martin Perizzolo, une mère (Michèle Deslauriers) sans filtre, un frère (Fabien Cloutier) traumatisé crânien sans inhibition... Les beaux malaises 2.0 respecte la recette (gagnante) des Beaux malaises, la série originale diffusée de 2014 à 2017.

Heureusement, on n’a jamais l’impression que Martin Matte nous sert du réchauffé. On sent plutôt qu’on retrouve de vieux amis en grande, grande forme.


TVA présente Les beaux malaises 2.0 dès mercredi à 21 h. Le 2e épisode sera déposé sur TVA+ à 21 h 30.