/news/transports
Navigation

Labeaume revient à la charge dans le dossier du tramway

Coup d'oeil sur cet article

Le dossier du tramway est trop important pour subir des changements « au gré des humeurs politiques » des uns et des autres, prévient Régis Labeaume.

C’est la nouvelle mise en garde lancée mardi, en marge d’un point de presse, par le maire de Québec au gouvernement Legault. 

« Ça ne peut pas être un dossier politique. On ne change pas un projet comme ça au gré des humeurs politiques de certains ou certaines qui voudraient que ça passe par ici ou par là. C’est trop important pour l’avenir de la ville », a soutenu le maire de Québec. 

Selon lui, le mégaprojet de 3,3 G$ « est trop sérieux pour qu’on puisse vouloir le changer en dessinant un tracé sur un bout de papier ».

L’enjeu des banlieues 

Ce dernier a également exprimé son étonnement face à la position gouvernementale selon laquelle les banlieues doivent être bien desservies par le réseau structurant de transport en commun. 

« Là, on parle d’enlever les deux bouts du projet qui sont justement en banlieue. C’est assez paradoxal, a-t-il mis en lumière. Cap-Rouge, c’est en banlieue. Charlesbourg, c’est en banlieue. Et quand vous quittez Cap-Rouge, vous êtes à Sainte-Foy, c’est en banlieue [...] C’est quoi la banlieue là ? »

Discret quant aux négociations qu’il mène actuellement avec le ministre des Transports, François Bonnardel, M. Labeaume n’a pas voulu dire si le blocage dans les pourparlers vient de Geneviève Guilbault, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale.

« Je ne sais pas. Vérifiez. Faites votre travail », a suggéré le maire aux journalistes.

Rencontre avec Marwah Rizqy

D’autre part, M. Labeaume a confirmé avoir rencontré, lundi, la députée Marwah Rizqy, nouvellement désignée comme responsable des dossiers de la Capitale-Nationale dans le cabinet fantôme libéral.

« Elle est très studieuse. Je l’ai rencontrée hier [lundi] à sa demande. Honnêtement, elle était impressionnante quant à la connaissance du dossier », a relaté le maire. 

des signes d’Impatience

Vendredi dernier, Régis Labeaume avait déjà montré des signes d’impatience et d’exaspération dans le dossier du tramway en affirmant « qu’il n’y en a que pour Montréal » en matière de transport en commun

« Je commence à en avoir assez de voir les annonces à Montréal et que chez nous, ça ne bouge pas. Honnêtement, ça commence à m’achaler », avait-il laissé tomber.