/qubradio
Navigation

Immobilier: «Tout le monde est à fleur de peau, présentement»

GEN-STOCKQMI
Photo d'archives Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Certaines institutions prévoyaient une baisse du prix des maisons de 18% pendant la pandémie. C’est tout le contraire qui se produit.

Il n’est pas rare de voir des transactions se conclure à 100 000$ au-dessus du prix demandé, raconte Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal Lepage pour le Québec.

• À lire aussi: Méfiez-vous des courtiers qui tentent d’aller vite, vite, vite

• À lire aussi: Pandémie et boum immobilier attirent les aspirants courtiers

«L’inventaire est tellement bas, présentement, dans le marché, qu’aussitôt qu’il y a une propriété intéressante, ça attire une tonne d’acheteurs», a-t-il lancé au micro de Richard Martineau sur QUB radio.

«C’est tout simplement que les gens ont été pris dans leur maison pendant leur confinement initial et se sont rendu compte que leur maison n'était peut-être plus à leur goût.»

En raison du confinement, les acheteurs visent souvent une résidence plus grande et plus coûteuse. Après plusieurs offres d’achat infructueuses, des clients vont même jusqu’à déposer une offre sans même procéder à une inspection ou achètent sans garantie légale.

«Ce n’est pas recommandé, mais, en même temps, souvent, nos courtiers sont un peu entre l’arbre et l’écorce. Quand ça fait huit propriétés sur lesquelles tu fais une offre et que tu la rates, la personne doit se relocaliser», détaille M. St-Pierre.

«Un marché de vendeurs, c’est le fun, mais tout le monde est à fleur de peau.»

Les démarches peuvent être décourageantes, mais, quand on se compare, on se console. Même dans un marché en ébullition, le prix de vente des propriétés à Montréal est environ la moitié de celui demandé à Toronto et le tiers de celui de Vancouver.

«Quand j’entends que les prix sont vraiment hauts à Montréal... Montréal, dans les villes globales, est encore un des meilleurs bargains sur le marché», insiste Dominic St-Pierre, qui ajoute que les agents immobiliers sont parmi les rares qui aient vu leur travail augmenter au cours de la dernière année.

«On est vraiment très chanceux, lance Dominique St-Pierre. Ça va quasiment mieux qu’avant la pandémie.» 

  • Écoutez l’entrevue de Dominique St-Pierre avec Richard Martineau sur QUB radio:   

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions