/opinion/columnists
Navigation

Un racisme accepté et encouragé

Coup d'oeil sur cet article

Ijeoma Oluo, une militante antiraciste intersectionnelle qui s’est retrouvée en tête des best-sellers avec son essai So You Want to Talk About Race, vient de publier un autre brûlot qui fera la joie et le bonheur de la gauche woke.

Le titre ? Mediocre : The Dangerous Legacy of White Male America

Qu’on pourrait traduire par Médiocre : l’héritage dangereux des mâles américains blancs.

LA LIE DE L’HUMANITÉ

Lorsque les commerces rouvriront leurs portes, quelque part en 2025, vous pourrez trouver ce magnifique livre sur les rayons de votre librairie préférée aux côtés d’un autre best-seller publié en France, celui-là : Moi, les hommes, je les déteste, de la féministe Pauline Harmange. 

De beaux cadeaux pour la fête des Pères !

À quand un t-shirt disant « Bottez-­moi le cul, je suis un homme blanc » ?

Croyez-vous qu’une maison d’édition publierait un essai intitulé Moi, les Noirs, je les déteste ?

Ou Médiocre : l’héritage dangereux des femmes autochtones ?

Que ce livre serait distribué dans toutes les librairies ? Que son auteure – pardon, son autrice – serait interviewée à la télé et dans les journaux ?

Et que des critiques respectés vanteraient son « courage » et la qualité de son style ?

Poser la question, c’est y répondre. 

Certains sites de téléchargement ne diffusent même plus le long métrage animé Les Aristochats, sous prétexte que les deux chats siamois qui foutent le bordel partout où ils passent véhiculent des stéréotypes racistes anti-asiatiques !

Bizarre, quand même...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Les militants antiracistes n’ont jamais été aussi crinqués. Ils s’en prennent aux publicités de dentifrice, car elles promettent de blanchir les dents !

Tout juste s’ils n’accusent pas le chanteur Hubert Lenoir et le comédien­­­ Jack Black d’appropriation culturelle. 

Mais quand c’est le temps de traiter les Blancs de tous les noms, mettez-­en, c’est pas de l’onguent !

Surtout les hommes blancs !

Ça, ce sont les pires !

Sexistes, racistes, colonialistes, exploiteurs, misogynes !

PAS D’AMALGAME !

Que répète la gogauche, depuis le 11 septembre 2001 ?

« Surtout, pas d’amalgame ! Ce n’est pas parce que DES musulmans ont perpétré des attentats terroristes que TOUS les musulmans sont terroristes­­­ ! »

Parfaitement d’accord.

Mais pourquoi c’est correct de dire que TOUS les Blancs sont de sales colonisateurs parce que DES Blancs ont participé à la traite des Noirs ?

Ou que TOUS les hommes sont violents parce que DES hommes ont battu leur femme ?

Ce ne sont pas des amalgames, ça ?

Et pourquoi on ne parle jamais des 14 millions de personnes qui ont été victimes de la traite négrière musulmane, qui s’est déroulée entre 650 et 1920 ?

Parce que ces esclavagistes n’étaient ni blancs ni catholiques ?

Quelle époque hypocrite...

Raciste sous ses dehors antiracistes, sexiste sous ses apparences antisexistes. 

Jugeant les gens sur la base de la couleur de leur peau ou de ce qu’ils ont entre les jambes. 

Si Martin Luther King et Simone de Beauvoir voyaient ça, ils en vomiraient­­­...

L’ÉCHELLE DES VALEURS

Pour les militants wokes, l’humanité est une pyramide. 

En bas, il y a les hommes blancs hétéros de plus de 50 ans, responsables de tous les maux qui ont accablé le monde depuis le Big Bang.

Et en haut, les transgenres noires lesbiennes de moins de 30 ans. 

Une vision du monde digne d’un film de Marvel.