/news/currentevents
Navigation

Une contravention pour cellulaire au volant vire en tentative de meurtre

Un policier de Montréal a été attaqué et désarmé lors d’une simple opération de sécurité routière

Une contravention pour cellulaire au volant vire en tentative de meurtre

Coup d'oeil sur cet article

À NOTER : Toutes les accusations visant Mamadi Fara Camara ont été retirées et il a été libéré en après-midi, le mercredi 3 février 2020.

Le chauffeur d’Uber accusé vendredi de tentative de meurtre sur un policier de Montréal pourrait avoir perdu la tête après reçu une simple contravention pour avoir tenu son cellulaire en main au volant. 

• À lire aussi: Un policier attaqué et désarmé

• À lire aussi: Des policiers de Montréal défilent en soutien à leur collègue blessé

Mamadi III Fara Camara, 31 ans, aurait attaqué sournoisement par derrière le patrouilleur qui venait de l’intercepter dans le quartier Parc-Extension, jeudi, d’après nos informations.  

Camara s’en serait violemment pris au policier avec une barre de métal, tandis qu’il retournait à son autopatrouille après lui avoir remis une contravention, le blessant sérieusement à la tête. 

Le policier blessé jeudi soir envoie la main à ses collègues venus l’accueillir à sa sortie de l’hôpital à Montréal, vendredi.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Le policier blessé jeudi soir envoie la main à ses collègues venus l’accueillir à sa sortie de l’hôpital à Montréal, vendredi.

L’accusé aurait profité de l’attaque pour s’emparer du ceinturon dans lequel se trouvait l’arme à feu du policier, puis aurait ouvert le feu dans sa direction.

Il a rapidement été arrêté par d’autres agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) venus en renfort puisque ses informations personnelles avaient été enregistrées dans l’ordinateur du patrouilleur.

Le trentenaire a été accusé vendredi au palais de justice de Montréal de voies de fait causant des lésions à un policier, de l’avoir désarmé et d’avoir déchargé une arme à feu en sa direction.

L’accusation la plus lourde de conséquences reste d’avoir tenté de tuer le policier. En cas de culpabilité, Camara risque une peine minimale de cinq ans.

24 heures après l’agression, les enquêteurs se trouvaient toujours sur les lieux du crime, sur le boulevard Crémazie Ouest, afin de trouver des indices.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
24 heures après l’agression, les enquêteurs se trouvaient toujours sur les lieux du crime, sur le boulevard Crémazie Ouest, afin de trouver des indices.

Détenu

Du Centre opérationnel Est, d’où il comparaissait par visioconférence, Camara n’a pas dit un mot, se contentant d’acquiescer quand il a appris qu’il resterait détenu au moins jusqu’à la semaine prochaine. 

La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté en raison de craintes tant pour la sécurité du public que pour maintenir la confiance de la population envers le système de justice.

Quant à l’agent blessé, il a obtenu son congé de l’hôpital en fin de matinée vendredi.

Une contravention pour cellulaire au volant vire en tentative de meurtre
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Hommage

De nombreux policiers de Montréal ont d’ailleurs défilé pour rendre hommage à leur collègue du poste de quartier 33.

Gyrophares allumés et sirènes en action, une soixantaine de véhicules provenant de partout sur l’île ont pris part au cortège devant l’hôpital du Sacré-Cœur, mené par trois membres de la cavalerie du SPVM.

Une contravention pour cellulaire au volant vire en tentative de meurtre
Photo Agence QMI, Erik Peters

En voyant ses confrères lui démontrer du soutien, la victime, qui compte une vingtaine d’années d’expérience, avait le pouce levé, l’air reconnaissant. 

Plusieurs contusions à la tête étaient visibles, signe que Camara lui a asséné plus d’un coup.

Par ailleurs, l’enquête se poursuivait vendredi, et de nombreuses rues étaient encore bouclées dans le secteur où les événements se sont produits. On poursuit notamment des recherches afin de retrouver l’arme de service dérobée, selon nos sources. L’accusé l’aurait abandonné à un endroit indéterminé dans sa brève fuite.

Une contravention pour cellulaire au volant vire en tentative de meurtre
Photo Agence QMI, Erik Peters

Uber bannit son conducteur

Uber a vite retiré à Camara ses droits d’accès à l’application, une fois informée de l’attaque. Le chauffeur n’était pas en fonction à ce moment. D’ailleurs, il n’avait pas utilisé l’application durant la dernière semaine, précise le porte-parole de l’entreprise Jonathan Hamel.

– Avec Roxane Trudel et Maxime Deland, Agence QMI