/entertainment/opinion/columnists
Navigation

L’étoile du match à Pascale Bussières

Une Elle Québec
Photo courtoisie, Elle Québec

Coup d'oeil sur cet article

J’ai toujours eu un faible pour Pascale Bussières : je la trouve belle, excellente comédienne et sa voix me fait craquer. Mais depuis que j’ai lu le dernier numéro du ELLE Québec, où elle apparaît sur la page couverture et fait l’objet d’une longue entrevue, j’ai une raison de plus d’être membre de son fan club : elle a des opinions, pas consensuelles... et elle les assume !

Je savais déjà qu’elle avait des yeux magnifiques, mais je découvre qu’elle n’a pas froid aux yeux ! 

  • Écoutez Sophie Durocher commenter l’entrevue de Pascale Bussières, sur QUB radio:

INOUBLIABLE BLANCHE

Déjà, dès que j’ai vu sur la couverture cette citation de Pascale Bussières, je l’ai trouvée baveuse : « C’est quoi le problème d’avoir l’air de son âge, déjà ? » Avouez que quand vous faites la une d’un magazine féminin qui annonce « les 16 produits les plus performants de 2020 », c’est assez audacieux de dire que vous vous en foutez de paraître votre âge.

Pascale Bussières fait plusieurs déclarations étonnantes à la journaliste Émilie Villeneuve.

Au sujet de « l’utilisation des réseaux sociaux comme d’un tribunal populaire », elle dit : « Aux dernières nouvelles, il me semble qu’on vit toujours dans une société de droit. Et tout ne peut pas se régler à coup d’exceptions. C’est comme si le collectif n’avait plus priorité sur l’individu ». Ouf, ça fait du bien d’entendre ce rappel de concepts de base.  

Sur notre incapacité à discuter, elle affirme : « On dirait que le débat d’idées est impossible en ce moment. Mais je continue à croire que c’est parfois devant les obstacles que l’on forge notre identité et notre personnalité. Si on ne souffre jamais et qu’on passe son temps dans une pièce à température contrôlée, dans un environnement lisse, que rien ne nous heurte, quel genre de vie ça fait ? » (Quelle réflexion intelligente sur les individus offensés à rien et qui se réfugient dans des « safe spaces » !)

On apprend aussi dans cette entrevue, qu’« à son avis les rôles pour les femmes de plus de 40 ans ne manquent pas ». Avouez que c’est rare qu’on entende ça !

« C’était moins facile pour la génération qui nous a précédées, j’en suis consciente, mais aujourd’hui les femmes sont à la réalisation, à l’écran et dans les institutions qui soutiennent la création. » Encore une fois, c’est bien de le rappeler et ça détonne avec le discours habituel...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Sur la pression exercée sur les femmes pour rester jeunes d’apparence, elle reconnaît qu’il y a un « déséquilibre entre les sexes », mais elle ajoute aussi : « Lorsqu’on est préoccupée par notre corps, on n’est pas en train de mettre nos énergies ailleurs. Mais bon, est-ce que c’est le reflet de l’obsession des hommes ou celle des femmes envers elles-mêmes ? ».

Sur chacun des dossiers abordés, Pascale Bussières a une réflexion intelligente, pondérée, argumentée, qui ne cède pas aux modes ou aux dogmes.

TRIBUNE LIBRE

« Des fois, je me demande si je sonne comme une vieille réactionnaire », a-t-elle dit à ELLE Québec, dans un grand éclat de rire.

Non, Pascale, vous « sonnez » au contraire comme un esprit libre. Que ça fait du bien à lire !