/sports/hockey/canadien
Navigation

Tout n’est pas encore parfait chez le CH

Coup d'oeil sur cet article

Un autre match, une autre brigade défensive taillée en pièces. Encore une fois, hier soir, le Canadien a déployé tout son arsenal en attaque : deux buts en supériorité numérique, un autre à court d’un homme, déjà le cinquième de la saison, et un dernier à forces égales. 

• À lire aussi: Le Canadien fait du bruit

• À lire aussi: La touche de Toffoli

• À lire aussi: Méconnaissable dans sa zone

Il n’y avait peut-être pas 21 302 spectateurs dans le Centre Bell, mais on peut déjà sentir l’enthousiasme des partisans dans les chaumières du Québec. Mais on aurait tort de se laisser emporter trop rapidement. C’est du moins l’avis de Shea Weber.

« C’est un très bon départ. On a profité de nos chances, mais ce n’était pas notre meilleur effort, loin de là. C’est bon signe de jouer comme ça et de gagner quand même. On doit quand même resserrer les choses », a déclaré le capitaine du Canadien. 

Néanmoins, le Tricolore ne fait pas tout de travers dans son territoire. La preuve en est que plusieurs des buts qu’il a marqués depuis le début de la saison prennent leur origine tout près de Carey Price.

Les joueurs sont sévères avec eux-mêmes et c’est très bien ainsi. C’est l’apanage des équipes championnes. Néanmoins, Claude Julien semble satisfait de ce qu’il voit. Il considère que ses troupiers ont grandement resserré leur jeu depuis le début de la saison.

« Nous nous sommes grandement améliorés dans notre zone. Auparavant, des gars qui entraient en deuxième vague n’étaient pas nécessairement couverts. Ça donnait des occasions à l’adversaire. Même chose dans l’enclave. Il y a encore du travail à faire, mais on a été bien meilleurs ce soir [hier] que lors des six premiers matchs », a soutenu le Franco-Ontarien.

Se tenir debout

Que ce soit en raison de leurs succès ou parce qu’ils n’ont pas à avoir de journalistes dans le visage tous les jours, les joueurs du Tricolore semblent avoir beaucoup de plaisir à fouler la glace.

Le sourire qu’ils affichaient lorsque des premiers répondants les ont présentés sur la glace laissait transparaître la camaraderie au sein du groupe.

Un autre indice que les liens semblent tissés serré est cette intervention de Joel Edmundson et de Shea Weber, profondémenent en territoire des Flames. Voyant que Paul Byron, Jake Evans et Artturi Lehkonen se faisaient passer des gants à l’odeur nauséabonde dans le visage, ils n’ont pas hésité à s’interposer.

 « Ça me dit qu’on a un groupe de joueurs qui se tiennent. Ils sont déterminés à rester forts en tant que groupe, a souligné l’entraîneur du CH. On a des joueurs qui se tiennent debout pour les autres. C’est important, ça donne confiance à tout le monde. »