/news/coronavirus
Navigation

Retour en catastrophe pour ne pas payer le 2000$

Des voyageurs tentent de rentrer rapidement afin de se sauver de la nouvelle quarantaine obligatoire à l’hôtel

Coup d'oeil sur cet article

Des voyageurs se sont rués sur les derniers billets d’avion afin de rentrer au Québec avant de devoir faire une quarantaine à l’hôtel à leurs frais, même si Ottawa n’a toujours pas annoncé de date butoir pour la mise en vigueur de cette nouvelle mesure. 

• À lire aussi: Un gros stress financier pour plusieurs

• À lire aussi: Nouvelles mesures pour les voyageurs: les snowbirds inquiets

• À lire aussi: Un gros stress financier pour plusieurs

• À lire aussi: Voyageurs québécois: des réponses à vos questions

« Je sentais que le gouvernement allait annoncer quelque chose cette semaine. Donc, j’ai acheté mercredi mon billet pour rentrer au Canada d’avance. Je suis étudiant, je n’ai pas envie de payer 2000 $ pour une quarantaine dans un hôtel », souligne Édouard, qui a préféré taire son nom de famille. 

Le jeune étudiant, qui est revenu samedi du Mexique après avoir passé deux semaines au condo de son père, avait vu juste.

Ottawa va imposer aux voyageurs arrivant au pays un test de dépistage de la COVID-19 ainsi qu’une quarantaine à leurs frais dans un hôtel, au coût de 2000 $, pendant trois jours en attendant le résultat, a annoncé vendredi Justin Trudeau.

Or, un flou persiste en ce qui concerne l’entrée en vigueur de cette mesure, qui doit avoir lieu « le plus vite possible, en février. » 

D’autres restrictions ont aussi été annoncées, telles que la suspension des vols des quatre principaux transporteurs canadiens à destination du Mexique et des Caraïbes jusqu’au 30 avril.

Folie à l’aéroport

L’aéroport de Cancún, au Mexique, était bondé samedi, où plusieurs Canadiens cherchaient à revenir au plus tôt.
Photo courtoisie
L’aéroport de Cancún, au Mexique, était bondé samedi, où plusieurs Canadiens cherchaient à revenir au plus tôt.

Visiblement, l’homme de 21 ans n’est pas le seul à avoir décidé de précipiter son retour au pays. L’aéroport de Cancún était pris d’assaut, samedi, par les Québécois, selon ce qu’il a pu observer.

La file d’attente pour l’enregistrement était si longue qu’il a finalement dû courir pour attraper son avion, même s’il était arrivé à l’aéroport 2 h 15 d’avance.

La folie pour rentrer au pays se fait ressentir jusqu’à Paris, selon Sarah Oirdighi, débarquée samedi soir à l’aéroport de Montréal.

Elle était partie en France au début du mois de décembre pour voir sa famille et elle devait rentrer pour le mois de février. 

« Avec toutes les mesures, la France qui ferme ses frontières et le Canada qui annonce de nouvelles restrictions, j’ai juste dû avancer mon vol », relate-t-elle.

  • Écoutez l'entrevue de Jean-François Guay, qui a pris un vol aller simple vers le Mexique, avec Sophie Durocher sur QUB Radio :

Le stress se fait ressentir

« Même à l’aéroport de Paris, c’était bondé. Il y avait tout le monde qui était stressé de toutes ces nouvelles mesures. L’avion était plein aussi. Donc je pense que tout le monde a fait à peu près comme moi », poursuit Mme Oirdighi.

De son côté, Naudin Sarah a passé quatre heures au téléphone avec sa compagnie aérienne afin de devancer de quelques jours son billet d’avion depuis la France, son pays d’origine, avant de trouver elle-même en ligne.

« Que cette mesure soit mise en place, c’est correct. Mais annoncer un truc aussi énorme et laisser le monde dans le flou, je ne comprends pas. Si j’arrive à l’aéroport et que ça me coûte 2000 $, je ne sais pas où je vais trouver [l’argent] », déplore l’étudiante en charpenterie et menuiserie à Gatineau, qui a un vol prévu mardi prochain. 

– Avec Anne-Sophie Poiré

Fini la Floride    

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Sylvie Bolduc et Stéphane Decelles habitaient depuis deux mois leur résidence secondaire de Fort Lauderdale avant de précipiter leur retour. 

« Pourquoi ceux qui se font pogner à faire des partys ne se font pas mettre en quarantaine dans un hôtel avec un test COVID à leurs frais ? », demande Mme Bolduc, qui trouve les mesures injustes. 

Mesures strictes    

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Sarah Oirdighi a devancé son retour de France. « Ils nous ont demandé nos résultats avant d’entrer dans l’avion et en débarquant ici. Ils ont pris notre température. On sentait que les gens étaient plus stressés qu’en décembre. » 

Revenue pour rien     

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Étudiante à l’Université Laval, Charlotte Gori était au chevet de sa mère malade en France quand elle a décidé de revernir en catastrophe. Elle devra retourner à Paris dès dimanche puisque son départ lui a fait perdre son permis d’études. 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres