/weekend
Navigation

Délicieuse pop sucrée

Vanille
Photo courtoisie, Dominic Berthiaume À 24 ans, Rachel Leblanc, alias Vanille, lance son premier album complet, qui a été réalisé par Emmanuel Éthier (Pierre Lapointe, Chocolat).

Coup d'oeil sur cet article

Après un premier mini-album prometteur en 2017, Rachel Leblanc, alias Vanille, nous arrive avec un disque complet aux saveurs des années 1960. Le Journal s’est entretenu avec l’artiste de 24 ans sur ce projet qui pourrait bien lui ouvrir les portes à l’étranger.

Les critiques de Soleil ‘96, paru il y a quelques jours, sont unanimes. Le premier album complet de Vanille est savoureux. « Soleil ‘96, c’est notamment France Gall qui chante sur du Belle & Sebastian, mais sans singer ou se vautrer dans la nostalgie », écrivait notre collègue André Péloquin dans ces pages, le week-end dernier. Il lui avait attribué une cote de 4,5 étoiles sur 5.

Au bout du fil, Rachel Leblanc admet avoir vécu cet accueil très positif « comme un rêve ». « Je suis vraiment heureuse, dit-elle. Je ne m’attendais pas à une aussi belle couverture. Je suis très contente, très touchée. »

Son rétro

C’est à l’hiver 2019 qu’elle a enregistré cet album. Deux mois plus tôt, le réputé réalisateur Emmanuel Éthier (Corridor, P’tit Belliveau) l’avait contactée après l’avoir vue en spectacle à la Brasserie Beaubien.

Après s’être inspirée du style shoegaze des années 1990 pour son mini-album principalement anglophone, la jeune musicienne souhaitait aller dans une direction plutôt candy pop des années 1960. 

« Je voulais aller chercher un son plus rétro, dit-elle. Il y avait déjà un désir que ce soit plus pop, tout en restant quand même alternatif. »

Elle a opté pour le titre Soleil ‘96 pour différentes raisons. « Près de mon local de pratique, dans Hochelaga-Maisonneuve, il y a un dépanneur qui s’appelle Soleil 1996. C’est un peu là qu’on va tout le temps chercher notre bière avant les pratiques. Déjà, je trouvais ça sympathique. En plus, je suis née en 1996, à l’été. C’est un mélange de tout ça. »

Et pourquoi avoir choisi le nom d’artiste Vanille ? « Au début, je pense que c’était parce que j’aimais vraiment ce que ça évoquait : quelque chose de doux, répond-elle. Il y a aussi le groupe Chocolat que j’aime. Dans ma tête, mon projet cadrait bien avec cette gang-là et j’avais le goût de faire des choses avec eux. Je trouvais ça drôle l’idée d’un poster d’une petite crème à glace twistée (rires). »

En sortant son premier album en pleine pandémie, la musicienne ne se fait pas trop d’illusions pour les prochains mois. « J’aimerais faire des spectacles. C’est un peu la façon de survivre pour bien des artistes. Je souhaite que ce soit possible. Mais bon, on ne peut pas vraiment contrôler ça. Je peux juste souhaiter que les festivals puissent avoir lieu et qu’on puisse faire une petite tournée à travers le Québec. »

Parions qu’on devrait la voir cet été dans une édition des Francos, numérique ou non. Et d’ici là, Vanille fera un spectacle-lancement virtuel le 5 février à 21 h (infos sur lepointdevente.com).

Les confinements des derniers mois lui ont aussi permis d’avancer grandement le travail sur un autre album. « Il est déjà pas mal composé au complet, dit-elle. Les maquettes sont déjà en train de se faire. Il devrait arriver assez vite. »

Rêves européens

Influencée par des chanteuses françaises comme Françoise Hardy et France Gall, Rachel Leblanc caresse le rêve d’une petite tournée européenne un jour. « C’est sûr que la France, ça m’intéresse, dit-elle. Je pense que c’est un public que je pourrais bien aller chercher. »

Vanille
Photo courtoisie

Le nouvel album de Vanille, Soleil ‘96, est présentement sur le marché. Pour plus d’infos : facebook.com/vanillemtl

Qui est Vanille ?  

  • Elle s’appelle Rachel Leblanc. Elle est née en 1996 et a grandi à Laval et à Saint-Eustache. 
  • En 2017, elle lançait son projet solo, Vanille, et faisait paraître son premier mini-album, My Grandfather Thinks I’m Going to Hell
  • Découverte dans un concert par le réalisateur Emmanuel Éthier, elle allait enregistrer avec celui-ci son premier album complet, Soleil ‘96
  • Le disque paraît sur la jeune étiquette Bonbonbon, lancée par deux de ses amis Tommy Bélisle (Choses Sauvages) et Alexandre Archambault (Mort Rose). 
  • Musicalement, la jeune auteure-compositrice-interprète mentionne s’être inspirée du groupe Stereolab et de la musique des années 1960 (Margo Guryan, Françoise Hardy, France Gall).