/opinion/columnists
Navigation

Docteur Lafleur

guy lafleur
Photo courtoisie Guy Lafleur nouveau look avec sa barbe argentée.

Coup d'oeil sur cet article

Ça fait drôle, mais ça lui va très bien. C’est même un peu un choc sympathique de retrouver ce visage qui nous est si familier, mais à travers une barbe blanche.  

Guy Lafleur est souriant, il a bonne mine et il passe à travers. « C’est une expérience que je fais. Ça fait longtemps que je voulais essayer ça, la barbe. Mais ça pique. Je ne sais pas encore si ça va rester. »

Résignation, patience et un courage tranquille... il est soumis aux exigences des traitements périodiques au CHUM. Il ne ressent que très peu de contrecoups de la chimio et de l’inhalothérapie. Il observe religieusement un programme de recherche spécifique auquel il a adhéré avec enthousiasme avec l’oncologue Mustapha Tehfé (lui-même un athlète) et son équipe. C’est rendu que Flower parle comme un docteur. Avec la barbe, il ne lui manque que les lunettes et le stéthoscope.  

Fini la cigarette

Un peu joufflu, il n’est plus question de cigarettes depuis plus d’un an. Il a pris quelques livres et il se sent fort. Il dort bien.  

Avec ses pontages coronariens, l’ablation d’un lobe du poumon à cause d’un cancer et une multitude de tests et de rendez-vous, Guy a traversé pas mal plus que la pandémie depuis un peu moins de deux ans. Flower reste une force de la nature qui vieillit bien malgré les embûches à l’aube des 70 ans qu’il atteindra en septembre prochain.  

Y en aura pas deux

Contre vents et marées, Lise et lui n’ont jamais lâché le morceau et ils ont doucement retrouvé leur complicité avec leurs deux fils. Martin, devenu gérant d’affaires pour son père, les a rendus grands-parents depuis la naissance de Sienna-Rose alors que Mark a retrouvé un rythme de vie normal travaillant comme carreleur, un métier appris dans les dernières années qu’il pratique avec plaisir et entrain.

Comme tous ceux qui adorent le public, Guy Lafleur s’ennuie de vous. Habitué aux nombreuses sorties et rencontres avec le monde, le vrai monde, il trouve le temps long dans nos conditions, restrictions et confinements, mais il ne se plaint pas.

Et bien qu’il ait été une des plus formidables machines de hockey de la planète, Guy Lafleur peine à regarder trois périodes de hockey à la télévision. Bien sûr, il suit le Canadien et il est content du succès de l’équipe, même s’il aimerait un peu plus de créativité au jeu.

Il n’a pas tort, on n’en a jamais assez. Mais on n’a pas des Guy Lafleur à toutes les générations. 

De l’enclave  

  • Il y a déjà 20 ans aujourd’hui que George Gillet concluait le deal de sa vie. Pour 275 M$, il devenait propriétaire du CH et du Centre Molson. Il y a 12 ans, il a tout revendu aux Molson pour plus de 550 M$. Ayoye mon George !!!  
  • Saviez-vous qu’il y a une équipe chinoise dans la KHL ? Elle a pignon dans la ville de Kunlun sur une des plus hautes chaînes de montagnes de l’Asie. Savez-vous qui est derrière le banc ? Notre bon ami Alex Kovalev maintenant âgé de 47 ans. Kunlun... tu ne passes pas là par hasard !   
  • Voilà maintenant 32 ans que Pierre gervais œuvre au sein de l’organisation du Canadien. Le gérant de l’équipement avait commencé dans le junior avec les Draveurs de Trois-Rivières pilotés par un certain Michel Bergeron.  
  • Son adjoint, Pierre Ouellette, entre dans sa 30e année de service chez le Tricolore. Ça, c’est de la fidélité.