/news/society
Navigation

Noyade d'une fillette: un yogourt à boire pour «Fredou»

Les parents d’une fillette décédée veulent faire de la sensibilisation

Marie-Pier Lévesque avec sa fille, Frédérique, quelques se
Photo courtoisie Marie-Pier Lévesque avec sa fille, Frédérique, quelques semaines avant la tragédie

Coup d'oeil sur cet article

Une part des profits du nouveau yogourt à boire Fredou, qui vient de faire son apparition dans les supermarchés IGA de la province, sera versée à la Société de sauvetage du Québec à la mémoire de la petite Frédérique Kaiser, décédée dans des circonstances tragiques l’été dernier.

Le 4 juillet 2020, un drame terrible a secoué la famille Lévesque-Kaiser de la municipalité de Noyan, en Montérégie.

Il n’a suffi que d’un bref instant d’inattention pour que la petite fille, âgée de 3 ans, échappe aux regards de ses parents et qu’elle soit retrouvée inanimée dans la piscine familiale.

Fredou, c’est elle, mais c’est aussi depuis peu la marque d’un yogourt à boire dont une partie des profits sera versée à la Société de sauvetage du Québec pour le programme Nager pour survivre, offert aux élèves de la 3e à la 6e année.

«Fredou» adorait rejoindre les autres membres de la famille à la ferme. Ici, elle est dans les bras de son père, Christian Kaiser.
Photo courtoisie
«Fredou» adorait rejoindre les autres membres de la famille à la ferme. Ici, elle est dans les bras de son père, Christian Kaiser.

«Je devais absolument poser un geste pour rendre un bel hommage à mon ange. C’était important pour nous. Toute la famille a embarqué. Fredou, c’était notre petit clown, notre rayon de soleil. C’était une petite fille qui était pleine de vie», a confié sa mère, Marie-Pier Lévesque.

Producteur de lait

Son conjoint, Christian Kaiser, qui exploite une ferme laitière à Noyan, est aussi copropriétaire de la Laiterie Chagnon.

L’entreprise travaillait déjà sur le projet de mettre en marché un yogourt à boire, mais, lorsque l’accident s’est produit, l’opération a pris une tout autre importance.

La Laiterie Chagnon de Waterloo a lancé un yogourt à boire décliné en 4 saveurs à la mémoire de Frédérique Kaiser, 3 ans, décédée accidentellement l’été dernier par noyade.
Photo courtoisie
La Laiterie Chagnon de Waterloo a lancé un yogourt à boire décliné en 4 saveurs à la mémoire de Frédérique Kaiser, 3 ans, décédée accidentellement l’été dernier par noyade.

Se servir de cette tragédie pour communiquer un message de prévention de la noyade était primordial aux yeux de cette famille.

Au Québec, en moyenne, neuf enfants perdent la vie par noyade chaque année.

«Fredou a changé les perspectives de ma vie. Elle fait partie intégrante de notre famille. Elle est présente partout. Jamais elle ne tombera dans l’oubli. Avec ce produit-là, elle sera présente dans toutes les familles québécoises. Je suis heureuse que l’on puisse sensibiliser autant de gens. Cela me fait un baume au cœur», a poursuivi Mme Lévesque.

Messages d’encouragement

Depuis quelques jours, Mme Lévesque et M. Kaiser, qui ont trois autres enfants, reçoivent de nombreux messages d’encouragement sur les réseaux sociaux. En dépit de la tristesse de cette histoire, plusieurs ont très hâte de se procurer ce produit pour soutenir la cause.

«Je suis bouche bée de recevoir autant de messages depuis deux jours. Ça vient de partout. J’avais tellement peur du jugement des autres. C’est encore tabou de perdre un enfant aussi tragiquement. J’ai fait plusieurs fois “supprimer” avant de finalement peser sur le bouton “envoyer”. En fin de compte, je ne regrette pas du tout d’avoir publié mon message», a-t-elle ajouté.

Les produits de la Laiterie Chagnon sont en vente en exclusivité dans les IGA.

«On sent un engouement hors du commun», a confirmé André Michaud, porte-parole de la compagnie.

L’année 2020 a été particulièrement meurtrière au Québec, la Société de sauvetage recensant 95 noyades comparativement à 59 en 2019. Il faut remonter à 2012 pour rencontrer un niveau similaire avec 90 noyades. Douze enfants de 14 ans et moins se sont noyés en 2020, cinq de plus qu’en 2019.