/world/europe
Navigation

Virus: le Portugal interdit les déplacements non essentiels à l’étranger

Virus: le Portugal interdit les déplacements non essentiels à l’étranger
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pour faire face à l’explosion des cas de COVID-19, le Portugal a interdit à sa population les déplacements non essentiels à l’étranger à partir de ce dimanche et pour 15 jours. 

• À lire aussi: [EN DIRECT 31 JANVIER] Les derniers développements du coronavirus

• À lire aussi: Voyageurs québécois: des réponses à vos questions

Cette interdiction comporte quelques rares exceptions comme les activités professionnelles à l’international, les urgences médicales, le transport de marchandises ou le regroupement familial, a précisé le ministère portugais de l’Intérieur.

Selon les données collectées par l’AFP, le Portugal est le pays le plus durement frappé au monde par la COVID-19, en proportion de sa population de 10 millions d’habitants.

Le bilan de la pandémie s’y élève ainsi à plus de 12 000 morts, dont près de la moitié se sont produits depuis le début de l’année lors d’une troisième vague virulente, alors que le pays a été soumis le 15 janvier à un deuxième confinement général.

Par voie terrestre, les contrôles aux frontières du pays avec l’Espagne ont été rétablis et les points de passage ont été limités.

À Elvas, l’un des points de passage principaux, situé à quelque 200 km à l’est de Lisbonne, des dizaines d’automobilistes ont été contrôlés dans la matinée de dimanche par la gendarmerie et le service des frontières portugais, a constaté un journaliste de l’AFP.

En ce qui concerne les vols en provenance de l’Union européenne et de l’espace Schengen, le Portugal a mis en place trois catégories de mesures en fonction du nombre de cas de coronavirus pour 100 000 habitants. 

Les passagers des pays les moins touchés comme la Norvège n’ont aucune restriction. Ceux des pays intermédiaires comme la France doivent présenter un test négatif à la COVID-19 de moins de 72 heures à l’embarquement. 

Enfin, les voyageurs des pays avec le plus de cas comme l’Espagne ou l’Irlande doivent non seulement présenter un test négatif à l’embarquement, mais aussi respecter une quarantaine de 14 jours à leur arrivée sur le territoire portugais.

Le Portugal a par ailleurs suspendu tous ses vols avec le Royaume-Uni et le Brésil en raison de la détection de nouvelles souches du virus.