/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: le vaccin russe Spoutnik V efficace à plus de 91%

COVID-19: le vaccin russe Spoutnik V efficace à plus de 91%
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Plus de 100 millions de doses de vaccin déjà administrées, efficacité confirmée pour le Spoutnik V russe: la campagne de vaccination contre la COVID-19 prend son essor à travers le monde, malgré les critiques sur sa lenteur dans l’Union européenne. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a défendu mardi la stratégie européenne de vaccination, estimant qu’elle était «la bonne» et épinglant indirectement la stratégie du Royaume-Uni qui a vacciné plus rapidement.

«La Commission et les États membres étaient d’accord pour ne pas transiger avec les exigences de sécurité et d’efficacité qui sont liées à l’autorisation d’un vaccin», a-t-elle déclaré au quotidien français Le Monde.

Au total, dans le monde, au moins 101 317 005 injections de vaccin ont été réalisées dans au moins 77 pays ou territoires, selon un comptage réalisé par l’AFP mardi.

Israël est, de loin, le pays le plus en avance, plus d’un tiers de sa population (37%) ayant déjà reçu au moins une dose. En valeur absolue, ce sont les États-Unis qui font la course en tête, avec 32,2 millions de doses administrées à 7,9% de leur population.

Nouvel espoir sur le front des vaccins, des résultats publiés mardi dans la revue médicale The Lancet, et validés par des experts indépendants, ont indiqué que le vaccin Spoutnik V, au sujet duquel la Russie avait été accusée de manquer de transparence, est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques de la COVID-19.

«Les résultats rapportés ici sont clairs et le principe scientifique de cette vaccination est démontré», ont estimé deux spécialistes britanniques dans un commentaire joint à l’étude du Lancet. 

Cela «veut dire qu’un vaccin supplémentaire peut désormais rejoindre le combat pour réduire l’incidence de la COVID-19», ont-ils insisté.

État d’urgence prolongé à Tokyo 

Dans l’Union européenne, 12,7 millions de doses de vaccins ont été administrées à 2,3% de la population. Parmi les 27, le podium se compose de Malte (5,4%), du Danemark (3,2%) et de la Pologne (3,1%). 

Une réunion au sommet s’est tenue lundi à Berlin entre les dirigeants allemands et plusieurs groupes pharmaceutiques pour tenter de relancer la campagne de vaccination, qui piétine en Allemagne comme dans de nombreux pays européens. 

L’annonce par plusieurs laboratoires d’une augmentation de leurs livraisons devrait permettre une accélération de la vaccination dans l’UE.

Le laboratoire allemand BioNTech a annoncé lundi une accélération des livraisons à l’Union européenne du vaccin développé avec l’américain Pfizer, promettant jusqu’à 75 millions de doses supplémentaires au deuxième trimestre.

Le laboratoire britannique AstraZeneca, qui subit les foudres des dirigeants européens en raison de retards, va de son côté finalement augmenter de 30% au premier trimestre les livraisons de son vaccin autorisé vendredi dernier sur le marché européen.

L’Union européenne a adopté vendredi un mécanisme permettant de contrôler les exportations des vaccins produits sur son territoire et d’empêcher la sortie de doses destinées aux Européens. Mais un ministre japonais, Taro Kono, a déclaré mardi que cette nouvelle réglementation allait ralentir le déploiement de la campagne dans son pays.

Au Japon, le gouvernement a prolongé mardi l’état d’urgence lié au coronavirus à Tokyo et dans d’autres départements du pays, à moins de six mois des Jeux olympiques, reportés l’an dernier en raison de la pandémie.

Le président du comité d’organisation japonais des Jeux olympiques, Yoshiro Mori, a cependant assuré mardi que ceux-ci auraient lieu «quoi qu’il arrive» concernant l’évolution de la crise sanitaire. «La question, c’est de savoir comment nous les organiserons».

Inquiétude sur les variants en France 

En Europe, l’Italie et la Pologne ont assoupli lundi leur dispositif anti-COVID et rouvert leurs musées, mais leurs voisins continuent de durcir les mesures restrictives, notamment en matière de voyages, pour lutter contre une pandémie qui a fait plus de 2,2 millions de morts à ce jour.

Face à la propagation des nouveaux variants, le gouvernement espagnol a annoncé mardi une stricte limitation des vols en provenance d’Afrique du Sud et du Brésil durant deux semaines.

À partir de mercredi, seuls les passagers provenant de ces deux pays et disposant de la nationalité espagnole ou andorrane ou résidant en Espagne ou en Andorre pourront entrer en Espagne.

En France, où les frontières ont été fermées aux pays extérieurs à l’UE, les premiers résultats en région parisienne de l’enquête destinée à évaluer la présence des variants plus contagieux de la COVID-19 «ne sont pas bons», a prévenu mardi le président de la commission médicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Rémi Salomon, évoquant «une croissance exponentielle».

Le gouvernement a par ailleurs appelé mardi employeurs et salariés à se «remobiliser» pour renforcer le télétravail dans les entreprises.

Le Portugal, épicentre de l’épidémie ces derniers jours en Europe, a de son côté fait appel à l’aide internationale pour soulager des hôpitaux saturés. L’exécutif socialiste a indiqué lundi soir avoir accepté «l’offre de coopération du gouvernement allemand pour renforcer la réponse au COVID-19».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.