/lifestyle
Navigation

Faire de la poésie avec l’ordinaire : rencontre entre Jessica Beauchemin, ébéniste fine et Samian, rappeur et photographe

Assistez à un échange empreint de douceur entre Jessica Beauchemin, ébéniste fine, et Samian, musicien et photographe.

Coup d'oeil sur cet article

Lui est un rappeur et un photographe; elle fait de l’ébénisterie fine. Contre toutes vraisemblances, leurs arts se rejoignent énormément. Ce qui unit principalement Samian et Jessica Beauchemin? Leur facilité à transformer l’ordinaire et la laideur en poésie. Ils en discutent dans une conversation authentique et fluide captée lors de cet épisode de la série balado Tout un bagage.

Jessica Beauchemin est une ébéniste tout en finesse dont les œuvres sont truffées d’éléments délicats. «Moi, mon aire de jeux se trouve dans les détails, la précision. C’est à ce moment-là que j’ai le plus de plaisir.» Bien que le bois soit son matériau fétiche, elle intègre à son travail des matières naturelles comme des ailes de papillon, des herbes ou des bourgeons. «Je suis très sensible aux éléments autour de moi. Dans la ville, il y a aussi de la nature, mais les gens ne la remarquent pas. Moi, je la vois et elle m’émeut.» 

Transmission génétique

L’ébéniste reconnait que la pomme n’est pas tombée bien loin de l’arbre dans son cas : son père était passionné d’ébénisterie, quant à sa mère, elle lui a appris à tisser alors qu’elle était enfant, une technique qu’elle utilise aujourd’hui pour la création de ses œuvres.

Samian a aussi été influencé par ses parents. S’il est surtout connu pour sa musique, on a également découvert son talent de photographe grâce à son exposition Enfant de la terre où il propose des clichés pris lors de voyages au Nicaragua, au Costa Rica, à Cuba, au Liban, en Égypte et au Maroc. C’est son père qui lui a transmis cet intérêt pour l’art : «Il avait un côté artiste, mais il ne l’a pas vraiment exploité. Je crois que c’est plutôt un rêve qu’il a enfoui.» 

Sauvé par la photo

À un certain moment de sa vie, Samian a perdu le goût à la musique. «J’ai voulu quitter l’industrie de la musique, j’étais à bout de tout ça.», se souvient-il. C’est la photo qui lui a redonné espoir : «La photo m’a réellement sauvé. Elle a tout remis en perspective – parce que j’ai réalisé que je pouvais continuer à écrire de la poésie, mais en image.»

Le rappeur remarque que Jessica Beauchemin aussi crée de la poésie par ses œuvres. La mission de la jeune femme est d’ailleurs de mettre en valeur des matières naturelles jugées banales : «Je souhaite que les gens les voient comme un trésor, car à mes yeux, il s’agit d’un trésor.» 

Samian et Jessica sont d’avis que pour créer de la poésie par l’art, il faut s’abandonner et lui transmettre une partie de soi. «L’art est le reflet de notre cœur, de notre âme.», conclut Samian.

Pour écouter cette discussion tout en finesse et en réflexions profondes, découvrez cet épisode de la série balado Tout un bagage produite par le Conseil des métiers d’arts du Québec.

En collaboration avec

> Simon Boulerice et Isabelle Dupras: rencontre inspirante entre un auteur et une courtepointière

> Jean-Philippe Baril Guérard et Julie Bénédicte Lambert: les contraires et les similitudes d’un écrivain et d’une tisserande

> Rencontre entre le musicien Louis-Jean Cormier et le luthier Thierry André: quand la guitare devient une muse

> Rencontre à cœur ouvert entre l’émailleuse Aurélie Guillaume et le bédéiste Michel Rabagliati.

> Quand la joaillière Sophia Gaspard et l’acteur Marc Béland dansent avec l’art