/news/currentevents
Navigation

Procès de la fille d’un Hells: son véhicule à moitié dans la voie inverse avant l’impact

La femme est notamment accusée de conduite dangereuse ayant causé la mort

karell tanguay olivia Drozdoski richardson
Photo courtoisie de la cour

Coup d'oeil sur cet article

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD  | Le conducteur du véhicule heurté par la fille d’un Hells Angels, aujourd’hui accusée d’avoir pris le volant en état d’ébriété et d’avoir tué sa meilleure amie, n’a eu le temps de faire aucune manœuvre pour éviter l’impact fatal.

• À lire aussi: Fille d’un Hells sur le party avant un accident mortel

« J’ai juste tenu le steering, crié à ma femme, j’ai freiné et l’impact est arrivé. [...] C’est difficile de dire je vais aller à gauche ou à droite quand un véhicule fonce vers toi », a témoigné mardi Emil Chicas.

La vie du Montréalais de 61 ans n’est plus la même depuis le 15 juillet 2018. 

Celui qui était très actif et pratiquait plusieurs sports avant d’être impliqué dans un violent face-à-face sur la route 132, à Saint-Stanislas-de-Kostka, se déplace dorénavant avec une canne.

Sa conjointe et lui revenaient de leur chalet à Dundee, aussi en Montérégie, lorsqu’ils ont été percutés par la Nissan Juke de Karell Tanguay, dans une courbe.

La collision a été si puissante que M. Chicas est demeuré incarcéré dans son Jeep Liberty, tout comme l’accusée et sa défunte passagère de 22 ans, Olivia Drozdoski Richardson.

Karell Tanguay, que l’on voit ici à l’ouverture de son procès lundi, au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield, a écouté mardi le témoignage de l’homme dont elle a embouti le véhicule, assise en indien sur sa chaise, en tenant sa tête avec sa main gauche.
Photo Pierre-Paul Poulin
Karell Tanguay, que l’on voit ici à l’ouverture de son procès lundi, au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield, a écouté mardi le témoignage de l’homme dont elle a embouti le véhicule, assise en indien sur sa chaise, en tenant sa tête avec sa main gauche.

« Tout cassé »

« J’ai essayé de sortir de l’auto, mais je n’étais pas capable. J’étais tout cassé. J’ai crié à du monde, mais il fallait attendre les pompiers [avec les pinces de désincarcération] », a relaté le mécanicien de profession au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield. 

Selon ce que M. Chicas a dit au juge Richard Marleau, le VUS de l’accusée de 24 ans avait déjà les deux roues gauches dans la voie inverse lorsqu’il l’a aperçu.

Tanguay, qui est la fille du vétéran Hells Angels Yvon Tanguay, est inculpée de conduite dangereuse, conduite avec les facultés affaiblies et conduite avec plus de 80 mg d’alcool, toutes ayant causé la mort et des lésions.

À l’ouverture de son procès, lundi, des vidéos et des photos ont été montrées au tribunal, sur lesquelles on voyait la jeune femme et sa meilleure amie faire la fête sur un bateau dans l’après-midi précédant le drame.

Bouteille de vodka

Tanguay a même pris la pose à plusieurs reprises avec une grosse bouteille de vodka à moitié vide à la main.

À la fin de la journée, un ami des jeunes femmes originaires de Sherbrooke leur a appelé un taxi.

D’après le chauffeur, l’homme lui aurait demandé de les transporter de sa résidence à « la marina » de Valleyfield.

En chemin, une des passagères aurait plutôt demandé au conducteur de les laisser à leur voiture, à 400 mètres de l’eau.

Amine Djalal s’est exécuté, précisant qu’il n’avait remarqué aucun symptôme d’ébriété chez les jeunes femmes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.