/finance
Navigation

Un début d’année prometteur pour les ventes immobilières à Montréal et Québec

beautiful and clean apartment building
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Le secteur immobilier connaît un début d’année prometteur dans les régions de Montréal et Québec, avec une hausse respective de 17 % et de 16 % des ventes résidentielles par rapport au mois de janvier 2020, a indiqué mardi l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). 

Dans le Grand Montréal, 3971 ventes ont ainsi été enregistrées pour le mois de janvier, comparativement à 3398 ventes l’année précédente.

«En dépit des restrictions sanitaires plus sévères, le mois de janvier continue dans la foulée de 2020. Les copropriétés et les plex connaissent une activité record, y compris sur l’île de Montréal, avec un nombre de ventes jamais enregistré depuis le début des années 2000», a expliqué par communiqué Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ.

De fortes progressions ont notamment été observées sur l’île de Montréal (+17 %), mais aussi dans les régions périphériques, telles que Vaudreuil-Soulanges (+33 %), la couronne nord (+29 %), puis la Rive-Sud (+17 %).

À l’inverse, une baisse des ventes a été constatée dans les secteurs de Saint-Jean-sur-Richelieu (-6 %) et de Laval (-7 %), attribuable à la pénurie de propriétés proposées à la vente.

Les prix médians ont également connu une augmentation dans le Grand Montréal, avec une hausse de 23 % pour les unifamiliales, de 17 % pour les copropriétés et enfin de 14 % pour les plex.

«Le seul essoufflement de la croissance des ventes, pour la catégorie de l’unifamiliale, est clairement attribuable au manque d’inscriptions en vigueur», a pour autant constaté M. Brant, avec une baisse de 25 % par rapport à l’année 2020.

Nouveau record à Québec

La région de Québec a aussi recensé un nouveau record de transactions en janvier, avec 829 ventes en janvier 2021 contre 713 à la même période l’année passée.

«Il s’agit toutefois du premier mois depuis juin 2020 où l’augmentation se situe largement sous le niveau de 40 %», a précisé Charles Brant.

Une accalmie qui peut s’expliquer par «une chute de près des deux tiers des inscriptions en vigueur (en 12 mois) dans la catégorie des unifamiliales et le fait que le marché de Québec avait débuté l’année dernière avec une forte activité», a-t-il précisé.

La périphérie nord de la région de Québec a tout de même affiché un niveau record de ventes qui a progressé de 49 %. Elle est suivie par la Rive-Sud (+15 %) et l’agglomération de Québec (+11 %).

Les prix médians rencontrent également de nouveaux sommets, avec des prix de 350 000 $ pour les plex (+9 %) et de 282 000 $ pour les unifamiliales (+11 %). La copropriété, quant à elle, observe une légère baisse de 2 %.

Les statistiques de l’APCIQ pour les régions métropolitaines de Montréal et de Québec ont été établies à partir de la base des données provinciales Centris des courtiers immobiliers.