/finance/business
Navigation

Aide de l'État: un coup de pouce pour redémarrer

Les commerces pourront faire rembourser leurs frais fixes après leur réouverture

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault offre un peu d’oxygène aux entreprises qui ont dû fermer à cause de la COVID-19. Québec prolongera son programme de remboursement des frais fixes jusqu’à deux mois après leur réouverture.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: «Petit déconfinement: le Québec coupé en deux

Ainsi, les commerces admissibles au programme Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) fermés pendant 90 jours ou moins pourront bénéficier d’un prêt pardonnable maximal supplémentaire de 15 000 $ après la reprise de leurs activités.  

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Dans le cas des entreprises fermées pendant plus de 90 jours, ce montant grimpe à 30 000 $, soit l’équivalent de deux mois. 

« Les restaurants, par exemple, en zone orange, qui vont rouvrir le 8 février, ont droit à février pour l’AERAM, mais vont avoir droit aussi à deux mois supplémentaires. Ils vont avoir droit à mars et avril, même s’ils vont avoir été ouverts ; c’est pour permettre d’avoir une meilleure relance », a expliqué le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, en point de presse, hier, à l’Assemblée nationale.

Payer les frais fixes

Mis en place en octobre dernier, l’AERAM s’adresse aux entreprises qui reçoivent déjà des sommes du gouvernement québécois dans le cadre de la pandémie de COVID-19, via le Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE) ou le Programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME). 

Mireille Caron, propriétaire d’un commerce, à Sherbrooke,  a exprimé des inquiétudes : « Je suis contente, mais en même temps, j’ai peur que l’on retourne en confinement. M. Legault veut nous faire plaisir [...] , mais j’espère que cela ne va pas nous faire reculer. »
Photo courtoisie
Mireille Caron, propriétaire d’un commerce, à Sherbrooke, a exprimé des inquiétudes : « Je suis contente, mais en même temps, j’ai peur que l’on retourne en confinement. M. Legault veut nous faire plaisir [...] , mais j’espère que cela ne va pas nous faire reculer. »

Pendant la fermeture de leur commerce, les entrepreneurs peuvent voir 80 % de leur prêt « pardonné » afin de payer leurs frais fixes, tels le loyer, les taxes municipales, l’électricité, etc. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Fermeture en zone rouge

Cette nouvelle aide pour le redémarrage des entreprises fait suite à l’annonce mardi du prolongement de la fermeture de plusieurs commerces dans les zones rouges, qui couvrent la majeure partie du Québec. Si les centres d’achats, commerces non essentiels, salons de coiffure et autres pourront rouvrir à compter du 8 février, les restaurants, bars, cinémas et gyms, eux, demeureront fermés. 

Depuis le début de la pandémie, près de 7000 entreprises ont bénéficié d’un des trois programmes d’aide mis sur pied par Québec (PAUPME, PACTE et AERAM), pour un total de près de 900 millions $. 

Sans surprises, les restaurateurs ont été les plus nombreux à demander l’aide de Québec pour payer leurs frais fixes durant la fermeture de leurs commerces. 

« L’AERAM, le deux tiers, c’est des restaurants », dit Pierre Fitzgibbon. 

Toutefois, cela représente seulement 2000 restaurants, alors que l’Association Restauration Québec évalue que la province comptait un peu plus de 20 700 établissements en 2018. 

« Donc, c’est quoi le message que ça envoie ? Ce n’est peut-être pas si pire que ça. Sauf que, je réalise très bien que, plus on allonge la période de fermeture, plus ça va être difficile », souligne M. Fitzgibbon. 

– En collaboration avec Francis Halin 

Certains frais fixes qui pourront être remboursés   

  • Taxes municipales et scolaires 
  • Loyer 
  • Intérêts sur les prêts hypothécaires 
  • Électricité, gaz, etc. 
  • Assurances 
  • Frais de télécommunications  
  • Permis et frais d’association