/finance/stockx
Navigation

L’AMF met en garde ceux qui veulent investir seuls

L’AMF met en garde ceux qui veulent investir seuls
Photo d'archives, JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS

Coup d'oeil sur cet article

L’Autorité des marchés financiers (AMF) met en garde les Québécois d’investir seul en bourse, sans l’aide de conseillers spécialisés. 

L’organisme de réglementation et d’encadrement du secteur financier du Québec a affirmé mercredi «que les marchés sont volatils et imprévisibles et qu’investir par soi-même est une tâche délicate qui comporte d’importants risques».

Elle a lancé cette mise en garde, car elle constate que «de plus en plus de Québécois s’aventurent à négocier des titres en bourse de façon autonome sur des plateformes de courtage en ligne ou d’autres applications, sans conseils».

«L’Autorité considère important de réitérer à la population que l’investissement autonome requiert des connaissances et compétences particulières», a déclaré le président-directeur général de l’AMF, Louis Morisset.

L’Autorité s’inquiète de voir qu’en raison de la spéculation, certains titres d’entreprise ont récemment bondi, «sans aucune information crédible indiquant que ces entreprises pourraient devenir plus rentables».

«La valeur en bourse de ces titres est susceptible de retomber tout aussi rapidement. L’Autorité réitère aux Québécois son appel à la prudence et au plus grand discernement», a-t-elle ajouté.

L’AMF invite donc les investisseurs à consulter son site web pour mieux comprendre les risques liés à l’investissement boursier. Les boursicoteurs devraient évaluer des questions comme le niveau d’endettement de l’entreprise visée, ses flux de trésorerie et la vitalité de son secteur d’activité avant d’investir.

«Nous souhaitons sensibiliser les Québécois à l’égard des questions qu’ils doivent se poser avant d’investir de façon autonome et de la nécessité de bien évaluer les risques inhérents à une telle démarche», a fait savoir Louis Morisset.

La semaine dernière, l’AMF avait lancé un avertissement au Québécois concernant les «risques très élevés» liés à toute forme de spéculation boursière.