/news/politics
Navigation

Une élue de Projet Montréal participe incognito à la création d’un site de nouvelles engagées

Une élue de Projet Montréal participe incognito à la création d’un site de nouvelles engagées
SARAH DAOUST-BRAUN/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une élue du parti de la mairesse de Montréal a participé à la création d'un site de nouvelles engagées, sans en aviser le conseil municipal comme elle aurait dû le faire, ce qui surprend des experts. 

La Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités oblige les élus municipaux à déclarer «les emplois et les postes d’administrateur» qu’ils occupent. Cependant, la conseillère Marie-Josée Parent n’a jamais déclaré qu’elle avait été l’une des administratrices de Majeur, un OBNL devenu une coopérative, entre le 16 juillet et le 7 octobre 2020, selon le Registraire des entreprises.

Le site Majeur.info se définit comme un média qui «rend populaire [sic] les idées dont on ne parle pas dans les grands médias» et dit ne pas prétendre à la neutralité. Sa page Facebook compte plus de 3600 abonnés.

Les textes, qui ne sont pas signés, sont généralement favorables à Québec solidaire et à Projet Montréal. Des articles récents accusent notamment La Presse de faire campagne en faveur de Denis Coderre, dont la candidature à la mairie est pressentie.

L’élue n’est plus impliquée

L’élue de Projet Montréal Marie-Josée Parent mentionne ne plus être impliquée dans Majeur depuis le lancement du site web et soutient ne pas avoir contribué à l'élaboration des contenus.

«Comme bénévole, j’ai aidé à l’élaboration du modèle de gestion d’un OBNL. Je me suis retirée au moment où les opérations ont commencé. Je n’ai jamais participé aux travaux de l’équipe interne sur la réflexion et la production des contenus», explique Marie-Josée Parent, dans une déclaration transmise par le cabinet de la mairesse Valérie Plante.

Mme Parent mentionne ne pas avoir déclaré son poste d'administratrice de Majeur dans sa déclaration d’intérêts pécuniaires parce qu'elle n'a jamais reçu d'argent pour son engagement et qu'elle n'était plus membre du conseil d’administration au moment de remplir le formulaire, le 27 novembre dernier.

Une avocate en droit municipal a expliqué au 24 heures que la loi demande de mentionner «les postes d’administrateur qu’occupe le membre du conseil», sans parler de rémunération. Me Annie Aubé, de la firme Therrien Couture Joli-Coeur (TCJ), croit donc que l’élu devrait déclarer son rôle d’administrateur, qu’il soit rémunéré ou non.

À sa connaissance, il n’y a pas eu de décision des tribunaux sur cette question.

Le cabinet de la mairesse de Montréal Valérie Plante mentionne que Mme Parent avait fait des vérifications auprès du conseiller à l'éthique et que ce dernier n'avait pas soulevé d'inquiétude ou de conflit d'intérêts.

Il a été impossible d'éclaircir l'information avec le conseiller en éthique de la Ville de Montréal, car ce dernier ne commente pas les dossiers de ses clients.

Critiques

Pour l'ancien ministre des Affaires municipales et professeur à l’École nationale d’administration publique Rémy Trudel, l'élue aurait dû déclarer ses intérêts dans Majeur au conseil municipal. Un élu qui ne déclare pas un rôle d'administrateur peut soulever «une apparence pas saine de conflit d'intérêts», a noté M. Trudel.

L’attaché de presse de l’opposition officielle, Marc-Antoine Audette, va dans le même sens. «C’est étonnant que les documents concernant son poste d'administratrice ne soient pas dûment remplis, Mme Parent devrait s'expliquer puisqu'elle s'expose à une plainte devant la Commission municipale du Québec», a-t-il mentionné.

Pas la première fois

Ce n'est pas la première fois que Marie-Josée Parent fait les manchettes pour un enjeu lié à l’éthique.

À l'automne 2019, elle avait été critiquée après que des chercheurs en généalogie eurent remis en doute ses racines autochtones. Dans la foulée de cette controverse, elle s'était retirée du dossier de la réconciliation avec les peuples autochtones qu'elle pilotait au comité exécutif. Selon un article publié par Radio-Canada il y a quelques jours, elle maintient l’authenticité de ses racines autochtones.

Marie-Josée Parent est actuellement conseillère associée à la culture au comité exécutif.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.