/news/education
Navigation

Demi-classes et masque de procédure obligatoire dans les cégeps et universités

Coup d'oeil sur cet article

Rivés à leur écran d’ordinateur depuis des mois, les étudiants des cégeps et des universités pourront retourner en classe graduellement à compter du 8 février. Le masque de procédure devra cependant être porté en tout temps et la capacité d’accueil des classes sera limitée à 50 %, a appris Le Journal.

• À lire aussi: «Petit déconfinement»: le Québec coupé en deux

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

La ministre Danielle McCann autorisera aujourd’hui les établissements d’enseignement supérieur à offrir des cours en présence aux cégépiens et aux universitaires. Actuellement en zone rouge, seuls quelques laboratoires et examens peuvent se tenir en personne.

Devant la détresse grandissante des jeunes, le gouvernement demande aux cégeps et universités d’offrir des activités pédagogiques en classe plusieurs fois par mois aux étudiants qui le veulent, idéalement une fois par semaine. 

La présence ne sera pas obligatoire, mais ceux qui resteront à la maison devront pouvoir suivre à distance le cours qui sera donné par l’enseignant dans la salle de classe.   

  • Écoutez l'entrevue avec la ministre de l'enseignement supérieur Danielle McCann sur QUB radio

Masques fournis aux étudiants

Le port du masque de procédure sera exigé et les consignes de distanciation physique devront être respectées, à la fois dans les classes et dans les aires communes. Québec fournira aux cégeps et universités les masques de procédure destinés aux étudiants, selon nos informations.

Puisque les établissements d’enseignement sont autonomes, la gestion de cette réouverture partielle leur revient.

Le nombre de jeunes devant être réduit de moitié dans les salles de classe et les amphithéâtres, le gouvernement souhaiterait néanmoins que la priorité soit donnée aux étudiants avec des difficultés d’apprentissage, avec un handicap, de même qu’aux premières années.

Défi

À Québec, on est conscient du défi que ce virage représente pour les cégeps et les universités, surtout au beau milieu de la session. « Mais il faut que les étudiants voient que la lumière s’en vient », plaide-t-on, en coulisses.

Le gouvernement anticipe donc que l’offre de cours en présentiel s’amorcera plus lentement dans certains cégeps et universités, où l’organisation est plus difficile en raison par exemple de la configuration d’un établissement.

Mais François Legault, qui avait vendu la mèche en début de semaine, a déjà prévenu que son gouvernement veillera au grain.

« Au début, ça va être sur une base volontaire. Mais je suis en discussion avec Danielle McCann, on veut s’assurer que les étudiants aient la possibilité le plus vite possible de retourner au moins une fois par semaine au cégep ou à l’université. Donc, on va suivre ce qui se fait dans chaque cégep, chaque université », a-t-il glissé mardi, durant sa conférence de presse axée sur les assouplissements à venir.