/news/currentevents
Navigation

Policier du SPVM agressé: la présence d’un troisième homme confirmée

Le directeur du SPVM, Sylvain Caron, a fait le point sur l'enquête portant sur le policier battu, puis désarmé à Montréal à la fin janvier. Il a rencontré les médias lors d'un point de presse tenu devant le quartier général du SPVM, sur la rue Saint-Urbain, à Montréal, le jeudi 4 février 2021.
Photo Agence QMI, Maxime Deland Le directeur du SPVM, Sylvain Caron, a fait le point sur l'enquête portant sur le policier battu, puis désarmé à Montréal à la fin janvier. Il a rencontré les médias lors d'un point de presse tenu devant le quartier général du SPVM, sur la rue Saint-Urbain, à Montréal, le jeudi 4 février 2021.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les accusations contre Mamadi Fara Camara sont tombées, l’enquête du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) se poursuit «activement».

• À lire aussi: Un policier attaqué et désarmé

• À lire aussi: L’affaire Camara a «des allures» de profilage racial

Lors de son point de presse en fin de journée jeudi, le directeur général du SPVM, Sylvain Caron, a confirmé qu’une troisième personne se trouvait sur les lieux de l’agression d’un agent la semaine dernière dans le quartier Parc-Extension, dans le nord de la ville.

Les enquêteurs auraient eu, dès le jour de l’agression, des témoignages de témoins qui disculpaient, mais aussi qui inculpaient M. Camara.

Dans les jours suivants, un témoignage aurait été transmis à la police suggérant qu’une troisième personne pouvait se trouver sur les lieux.

L'endroit où le policier a été agressé, soit à proximité du 700, boulevard Crémazie Ouest, près de l'avenue Bloomfield.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
L'endroit où le policier a été agressé, soit à proximité du 700, boulevard Crémazie Ouest, près de l'avenue Bloomfield.

Les bandes vidéo du ministère des Transports ont été visionnées à nouveau en début de semaine et ont pu établir la présence de cette autre personne sur les lieux du crime.

Par ailleurs, TVA Nouvelles a pu apprendre que parmi les éléments disculpant M. Camara, il y avait l’absence de poudre à canon sur sa peau et sur ses vêtements.

Les résultats d’analyses de sang et d’ADN sont aussi attendus très prochainement.

Le SPVM aurait identifié un suspect dont on est sans nouvelles et qui est toujours activement recherché.

L’arme subtilisée au policier lors de l’agression survenue le 28 janvier n’a toujours pas été retrouvée.