/sports/ski
Navigation

Un retour en or pour Kingsbury

Victoire à la Coupe du monde de Deer Valley

Un retour en or pour Kingsbury
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Victime d’une double fracture des vertèbres T 4 et T 5 le 29 novembre lors d’une descente à l’entraînement en prévision de l’épreuve de Ruka en Finlande, le Roi des bosses a salué, jeudi, son retour à la compétition avec brio en remportant l’étape de la Coupe du monde de Deer Valley.

Deuxième après la finale derrière le Japonais Ikuma Horishima comeneur au classement cumulatif, Mikaël Kingsbury a signé une descente du tonnerre en super finale réservée aux six meilleurs skieurs pour grimper sur la première marche du podium.

« Il y a deux mois, je me questionnais si j’allais être correct à mon retour, mais je ne suis pas surpris de ma victoire compte tenu de mon entraînement et de mes deux camps, a raconté Kingsbury. J’ai moins de volume que mes adversaires, mais j’ai tellement d’expérience que je n’étais pas tant nerveux dans le portillon de départ. »

Avec 88,10 points, il a devancé le Français Benjamin Clavet (86,25) et l’Australien Matt Graham  (84,44). Quant au Japonais Horishima, il a glissé en 5e position en vertu d’un pointage de 80,50 points, lui qui a posé la main au sol à la réception de son dernier saut.

Kingsbury a poussé un cri au moment de l’erreur du Japonais. « C’était un cri de soulagement, a-t-il précisé. J’ai montré que je pouvais revenir à mon niveau à mon retour. »

Après avoir raté les trois premières étapes de la Coupe du monde, Mikaël Kingsbury a célébré son retour avec sa 64e victoire en carrière.
Photo AFP
Après avoir raté les trois premières étapes de la Coupe du monde, Mikaël Kingsbury a célébré son retour avec sa 64e victoire en carrière.

Quand sa victoire fut confirmée, Kingsbury a ressenti de fortes sensations.

« Participer à la super finale à mon retour est le meilleur sentiment au monde, a exprimé celui qui signait sa 64e victoire en carrière. J’ai établi le standard pour la fin de la saison. Cette victoire est encore plus satisfaisante puisque tous les meilleurs étaient présents en super finale. Si Horishima n’avait pas touché au sol, la lutte aurait été plus serrée. »

Un plan clair

« Comme aux Jeux olympiques, je voulais y aller une descente à la fois et assurer ma place d’une ronde à l’autre. Mon plan n’était pas de gagner toutes les rondes. »

La piste de Deer Valley convient parfaitement au résident de Deux-Montagnes qui a remporté le championnat mondial en solo et en duel en 2019.

« C’est certainement dans mon Top 3 au monde de mes pistes préférées et c’est un message que j’envoie à mes adversaires de pouvoir gagner dans la piste la plus longue et la plus difficile même si je ne suis pas à 100 pour cent, a-t-il souligné. J’ai rarement raté le podium ici, et ce retour à Deer Valley me motivait encore plus. Mes idoles sont toutes passées ici. »

Chez les femmes, Sofiane Gagnon a été la meilleure Canadienne avec une 10e position. Justine Dufour-Lapointe a terminé tout juste derrière. Sa sœur Chloé n’a pas terminé les qualifications.

L’action reprend vendredi à Deer Valley avec la présentation de l’épreuve des bosses en parallèle.